Russafrik
AFRIQUE INFOS

Niger : après la France, les autorités prennent une forte décision concernant tous tous les accords militaires

Image 1 Image 2

Niger : après la France, les autorités prennent une forte décision concernant tous tous les accords militaires

Les relations internationales entre le Niger et les pays disposant de bases militaires sur son territoire prennent un nouveau tournant, marqué par la décision du gouvernement nigérien de réviser l’ensemble des accords militaires.

Cette annonce, formalisée dans une correspondance adressée aux représentations diplomatiques des pays concernés par le ministère des affaires étrangères du Niger, s’inscrit dans le contexte post-coup d’État du 26 juillet 2023. Depuis lors, le Niger, dirigé par le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), a exprimé fermement sa volonté d’affirmer sa souveraineté et de défendre ses intérêts nationaux.

Cette décision, détaillée dans la correspondance, s’aligne sur la volonté de répondre aux exigences du peuple nigérien. Elle vise explicitement les pays partenaires disposant de forces militaires stationnées sur le sol nigérien, à savoir les États-Unis d’Amérique, l’Allemagne et l’Italie. L’objectif est clair : redéfinir ces accords dans une perspective de coopération bilatérale revigorée et rééquilibrée, préservant les intérêts et la souveraineté du Niger.

Parmi les premières conséquences visibles, le départ des soldats français du territoire nigérien, suite à leur refus de reconnaître la légitimité du CNSP au pouvoir.

En réponse à cette position française, les autorités militaires nigériennes ont expressément sollicité et obtenu le retrait total des forces françaises stationnées au Niger. Le dernier contingent de soldats français a ainsi quitté Niamey le 22 décembre dernier, marquant une étape significative dans la reconfiguration des relations bilatérales du Niger avec les puissances étrangères.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Officiel : La Minusma quitte sa dernière base au Mali

L’équipe de rédaction

Lutte contre le terrorisme : le Burkina Faso tourne définitivement dos à la France

LA REDACTION

« Nous n’avons rien à mendier », une ministre brazza-congolaise claque la porte de la COP27

LA REDACTION

COMMENTER