Russafrik
POLITIQUE

Accusée d’ingérence électorale en Turquie, la Russie répond sèchement à ses détracteurs et met en garde

Image 1 Image 2

Accusée d’ingérence électorale en Turquie, la Russie répond sèchement à ses détracteurs et met en garde

Les propos du chef de l’opposition turque au sujet d’une prétendue intervention russe dans l’élection présidentielle en Turquie sont tout à fait erronés, selon le Kremlin. En plus de cela, Kemal Kiliçdaroglu, premier adversaire de M. Erdogan, n’en a toujours pas fourni de preuves, a mis en exergue le porte-parole de Vladimir Poutine.

La Russie réfute les accusations de l’opposition turque d’ingérence dans l’élection présidentielle du pays, a indiqué le 13 mai le porte-parole du Président russe.

“Nous avons tout de suite déclaré rejeter fermement les accusations d’ingérence dans la présidentielle en Turquie. Il en est hors de question”, a martelé Dmitri Peskov en commentant les propos de Kemal Kiliçdaroglu, principal adversaire de Recep Tayyip Erdogan, à ce sujet.

“Le leader de l’opposition disait en disposer de preuves. Mais il ne les a toujours pas présentées. Nous sommes certains qu’il ne pourra pas le faire, car elles n’existent pas en réalité”, ajouté M.Peskov.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Ingérence US
De son côté, le ministre turc de l’Intérieur a récemment informé d’une ingérence américaine dans le processus électoral.
“Les États-Unis s’immiscent régulièrement dans les élections turques de diverses façons, notamment avec l’utilisation de vidéos falsifiées”, a noté Suleyman Soylu, cité le 12 mai par le quotidien Star.

À ce sujet, le ministre a cité l’exemple d’un autre candidat, le président du Parti de la Nation, Muharrem Ince. Il s’est retiré de l’élection trois jours avant le vote. Expliquant sa décision, il a déclaré avoir subi des pressions sous la forme de diverses provocations, accusations et désinformations.
Selon le ministre Soylu, c’est le Président Biden qui est derrière toutes les actions qui ont pour mission de faire partir M.Erdogan. En effet, le chef d’État américain a dit lors de sa campagne présidentielle en janvier 2020 que Washington devrait encourager les opposants d’Erdogan à gagner aux élections.

Tenue du vote
Ce dimanche 14 mai, la Turquie choisit son treizième Président de la République. Les bureaux de vote fermeront à 17h00 (heure locale).
Polarisé entre les deux principaux candidats, le Président Recep Tayyip Erdogan, 69 ans, au pouvoir depuis vingt ans, et son adversaire Kemal Kiliçdaroglu, 74 ans, à la tête du parti social-démocrate et laïque CHP, le pays doit accorder à l’un des deux au moins 50% des voix plus une pour assurer sa victoire au premier tour. Dans le cas contraire, le second tour aura lieu le 28 mai.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Accord de paix pour l’Ukraine : Xi Jinping chez Vladimir Poutine dès la semaine prochaine

LA REDACTION

La Moldavie se tourne vers l’Otan, Moscou met en garde contre une nouvelle catastrophe

LA REDACTION

Engrais russes : Voici la condition sine qua non de la sécurité alimentaire

LA REDACTION

COMMENTER