Russafrik
AFRIQUE INFOS

Le Ghana finalise un accord de restructuration de sa dette avec ses créanciers bilatéraux

Image 1 Image 2

Le Ghana finalise un accord de restructuration de sa dette avec ses créanciers bilatéraux

Le Ghana a conclu un accord de principe avec ses créanciers bilatéraux pour restructurer 5,4 milliards de dollars de dette. Cet accord est une étape importante dans les efforts du pays pour stabiliser son économie et parvenir à une viabilité de la dette durable.

Les créanciers bilatéraux inclus dans l’accord comprennent des pays comme la Chine et la France. L’accord prévoit un allongement de la maturité de la dette, une réduction des taux d’intérêt et un gel des paiements du principal pendant une période donnée.

Cet accord est crucial pour le Ghana, qui est confronté à une dette croissante et à des difficultés budgétaires. La restructuration de la dette permettra au pays de dégager de l’espace fiscal pour investir dans des secteurs clés tels que l’éducation, la santé et les infrastructures.

L’accord a été salué par le gouvernement ghanéen et par les institutions financières internationales. Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que l’accord “constitue une étape importante vers la restauration de la viabilité de la dette du Ghana”.
La restructuration de la dette bilatérale est un élément clé du programme de redressement économique du Ghana. Le pays a également obtenu un accord de 3 milliards de dollars avec le FMI en mars 2024.

Cet accord de restructuration de la dette est un signal positif pour le Ghana et pour l’Afrique de l’Ouest. Il montre que les pays de la région sont déterminés à s’attaquer à leurs problèmes de dette et à parvenir à une croissance économique durable.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Bénin : Patrice Talon limoge son ministre des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci 

LA REDACTION

Une délégation de la Cédéao attendue au Niger, droit dans ses bottes malgré les sanctions économiques

LA REDACTION

Coup d’Etat au Burkina Faso : Le FCLF désigne la France et son complice Alassane Ouattara comme principaux responsables de ces troubles

COMMENTER