Russafrik
Politics

Nucléaire iranien : voici comment les USA et l’Israël ont porté un gros coup au programme en 2008

Image 1 Image 2

Nucléaire iranien : voici comment les USA et l’Israël ont porté un gros coup au programme en 2008

En 2008, une cyberattaque d’envergure cible les ultracentrifugeuses iraniennes, élément clé de l’enrichissement de l’uranium. Cette attaque entraîne des années de retard dans le développement du programme nucléaire iranien. Seize ans plus tard, le quotidien néerlandais Volkskrant lève le voile sur une opération d’espionnage international impliquant les États-Unis, Israël et les Pays-Bas.

Cette affaire, digne d’un scénario de James Bond, met en lumière un espion sous couverture, un virus informatique révolutionnaire et des manipulations entre services secrets. L’histoire commence en 2005 avec Erik van Sabben, un ingénieur néerlandais à Dubaï, recruté par les services secrets néerlandais (l’AIVD). Sa mission : infiltrer le complexe nucléaire de Natanz en Iran.

En 2007, Erik réussit à saboter le programme nucléaire iranien en introduisant un dispositif sophistiqué via l’installation de pompes à eau. Cependant, son décès dans un accident de moto à Sharjah, deux semaines après son départ d’Iran, soulève des questions. Volkskrant conclut à un simple accident après deux ans d’enquête, mais des zones d’ombre persistent.

L’opération est un succès, endommageant près de mille ultracentrifugeuses et provoquant des années de retard. Cependant, l’enquête révèle que le dispositif n’était autre que le célèbre Stuxnet, un vers informatique développé conjointement par les États-Unis et Israël. L’AIVD, agissant à la demande de la CIA et du Mossad, ignorait la véritable nature du dispositif. L’absence d’une évaluation politique approfondie suscite des interrogations sur la transparence et la responsabilité politique de l’AIVD.

Stuxnet, c’est quoi?

Stuxnet demeure une pièce maîtresse de l’arsenal cybernétique, un ver informatique sophistiqué conçu pour saboter les centrifugeuses utilisées dans le processus d’enrichissement de l’uranium en Iran. Fruit d’une collaboration entre Israël et les États-Unis, ce virus a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la cyberguerre. L’entrée en scène de Stuxnet a été tout aussi discrète que sa mission était cruciale.

Introduit dans les systèmes par l’intermédiaire d’une clé USB insérée dans un ordinateur, il a rapidement propagé son empreinte malveillante à travers les réseaux locaux.

Une fois infiltré, Stuxnet a dirigé son attaque vicieuse sur les systèmes de contrôle industriel (Scada) qui supervisaient les centrifugeuses. La subtilité de sa programmation résidait dans sa capacité à modifier le code des logiciels de contrôle, altérant ainsi le comportement des machines.

La véritable ingéniosité de Stuxnet résidait dans sa capacité à agir furtivement. Tout en modifiant le comportement des centrifugeuses, le virus dissimulait habilement ses actions aux opérateurs chargés de surveiller les systèmes. Accélérant ou ralentissant les machines de manière stratégique, il causait des dommages considérables sans éveiller les soupçons.

L’histoire de Stuxnet prend une tournure encore plus complexe lorsqu’il se propage en quête de nouveaux systèmes Scada à infecter. Pour compliquer davantage la tâche des experts, certains fragments du virus étaient programmés pour s’autodétruire après un laps de temps déterminé ou dans des conditions spécifiques. Cette caractéristique a rendu ardue la mission des chercheurs tentant de percer les mystères de son fonctionnement.

Stuxnet n’a été formellement identifié qu’en 2010, soit deux ans après son déploiement initial. Cette révélation a suscité un émoi international, mettant en lumière la nature de plus en plus sophistiquée des attaques informatiques étatiques. L’épisode Stuxnet demeure une page marquante dans l’histoire de la cyberguerre

Image 1 Image 2

EN RELATION

Guerre en Ukraine: le secteur scientifique paie un lourd tribut au conflit

LA REDACTION

Avoirs russes gelés : L’UE serait “proche d’un accord politique”

LA REDACTION

Attaque iranienne contre Israël : Moscou brise le silence

LA REDACTION

COMMENTER