Russafrik
AFRIQUE INFOS

Présence militaire française au Mali : Un vrai fiasco, la situation est devenue pire qu’avant

Image 1 Image 2

Présence militaire française au Mali : Un vrai fiasco, la situation est devenue pire qu’avant

Les relations entre Bamako et Paris ne sont pas au beau fixe, selon Nouhoum Sarr, membre du Conseil national de transition, organe législatif mis en place au Mali en remplacement de l’Assemblée nationale.

En cause, “des péripéties de l’histoire”, ainsi que l’approche et le comportement des dirigeants français, très peu amicaux avec le peuple malien.

« La présence militaire française au Mali n’a rien réglé, au contraire la situation s’est aggravée », a-t-il signalé dans une interview accordée à Anadolu.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Explosion de la situation sécuritaire

“Quand les forces aussi modernes, aussi équipées, d’un pays aussi puissant que la France, sont sur votre territoire, et que la situation sécuritaire empire, vous êtes tentés d’observer la situation sécuritaire après leur départ. Parce qu’elle n’était pas comme cela avant leur arrivée, elle s’est empirée avec leur arrivée”, fait-il savoir.

« Nous avons donc testé leur départ, pour revenir à la situation d’avant leur présence, parce qu’avant, la situation était un peu maîtrisée, mais avec leur présence elle a explosé. »

Selon lui, les relations avec la France se sont compliquées davantage quand les Maliens ont “fait le choix de la souveraineté nationale”, ce qui n’a pas plu à Paris.

« Les dirigeants français ont estimé que ce n’était pas acceptable pour eux, et de façon unilatérale, ils ont décidé de retirer les forces Barkhane. Sans concertation avec le peuple malien, sans demander notre avis, sans même en référer aux autorités. »

Changement de partenariat

La situation est selon lui similaire à celles du Burkina Faso et de la Guinée qui sont en train de suivre le même chemin.

“Le Mali est un exemple pour le Burkina, qui vient également de demander le départ des forces spéciales françaises, parce que leur présence n’a servi à rien. Malgré leur présence, la situation sécuritaire s’est aggravée.”

L’aide de Moscou pour faire face aux terroristes

Choguel Kokalla Maïga, Premier ministre gouvernement malien   de transition, s’est exprimé dans le même ordre d’idées.

“La Russie est un partenaire historique du Mali”, a-t-il signalé à Sputnik mardi 28 février.

Selon lui, la coopération avec la Russie dans tous les domaines stratégiques est constructive.

Il a précisé que les fournitures russes avaient permis au Mali de faire face aux terroristes.

« La peur a changé de camp. Ce ne sont plus les terroristes qui font peur aux Maliens, c’est l’armée malienne et les Maliens qui font peur aux terroristes. C’est le plus important, et la coopération va continuer. »

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

 Voici pourquoi le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont claqué la porte de la CEDEAO

LA REDACTION

Libération de l’otage français : Bamako accuse Paris de payer des “millions” aux terroristes

LA REDACTION

Popularity of new shades of Ray Ban is on rise among young generation

Rédacteur

COMMENTER