Russafrik
POLITIQUE

Pris jusqu’au cou par la dette américaine, Joe Biden renonce à se rendre dans la zone indopacifique

Image 1 Image 2

Pris jusqu’au cou par la dette américaine, Joe Biden renonce à se rendre dans la zone indopacifique

Après le sommet du G7 à Hiroshima, le président américain a dû renoncer à se rendre ensuite en Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui attendait la visite historique du président américain de pied ferme, puis en Australie pour une rencontre des dirigeants du Quad (États-Unis, Japon, Australie, Inde).

Joe Biden ratera l’occasion de rivaliser avec la Chine dans l’Indopacifique. Signe de l’urgence de la situation, le président américain a dû annuler sa visite historique en Papouasie-Nouvelle-Guinée où il devait se rendre après sa venue au Japon pour le G7. Son escale et son discours attendu au Parlement local de cet État insulaire d’Océanie étaient censés marquer des points face au géant chinois et affirmer l’intérêt stratégique que les États-Unis accordent à cette région.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Il y a tout juste un an, le chef de la diplomatie chinoise de l’époque, Wang Yi, avait fait une tournée remarquée en Papouasie, à Kiribati et au Vanuatu, au Samoa et aux îles Fidji pour y faire la promotion d’un vaste accord de libre-échange et de sécurité. Depuis, Washington n’avait de cesse de souligner l’importance de ces États insulaires d’Océanie, notamment en y ouvrant des ambassades.

L’annulation du voyage du président américain fournit une belle occasion à Pékin de répéter que les États-Unis ne sont pas un partenaire fiable. La Papouasie-Nouvelle-Guinée avait même annoncé un jour férie pour accueillir le président américain. Un espoir douché qui sera difficile à faire oublier.

Bras de fer avec l’opposition au Congrès

Joe Biden rentrera dès dimanche pour reprendre les négociations avec l’opposition au Congrès sur le relèvement du plafond de la dette, fixé à 31 381 milliards de dollars (environ 29 000 milliards d’euros). Sans quoi, les États-Unis pourraient être en défaut de paiement dès le 1er juin.

Une situation dans laquelle l’État fédéral se verrait dans l’incapacité de débourser un seul centime, qu’il s’agisse de payer des salaires, verser des prestations sociales ou rembourser ses créanciers.

Oubliée aussi la visite en Australie, auprès d’un allié qui vient de s’investir dans un très ambitieux programme de sous-marins avec les États-Unis. Ratée enfin la réunion, prévue dans le cadre spectaculaire de l’opéra de Sydney, avec les dirigeants du Quad, ce format diplomatique qui hérisse particulièrement Pékin (États-Unis, Australie, Japon, Inde).

La Maison Blanche assure que Joe Biden s’entretiendra avec tout ce beau monde en marge du G7. Il recevra par ailleurs le Premier ministre indien Narendra Modi le 22 juin pour une visite d’État, et a proposé mardi la même chose, en guise de consolation, au chef du gouvernement australien Anthony Albanese.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Le président de la CEDEAO Umaro Sissoco Embaló au détour d’une visite à Moscou : « La Russie est prête au dialogue pour la paix en Ukraine »

LA REDACTION

Apocalypse nucléaire : Voici les deux pays les mieux placés pour survivre à cette catastrophe

LA REDACTION

La Russie fait usage de son véto et bloque une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu sur l’annexion en Ukraine 

L’équipe de rédaction

COMMENTER