Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Sommet Etats-Unis-Afrique : une enveloppe de 55 milliards de dollars sera débloquée pour l’Afrique 

Image 1 Image 2

Sommet Etats-Unis-Afrique : une enveloppe de 55 milliards de dollars sera débloquée pour l’Afrique 

Six ans après sa première édition, le second sommet États-Unis-Afrique vient de s’achever à Washington. Cette année encore, des interrogations planent sur le bien-fondé de cette initiative américaine, alors que les engagements pris en 2014 n’ont pas été remplis.

Mis en difficulté sur d’autres théâtres, les États-Unis comptent en réalité se refaire une virginité avec l’Afrique, explique à Sputnik le politologue russe Ivan Loсhkarev. Le chercheur estime que l’administration Biden a subi des revers sur le dossier ukrainien, mais aussi en Afghanistan et en Asie, où elle n’arrive pas à rééquilibrer les forces face à Pékin. Reste l’Afrique pour tenter de masquer ses failles.

« Pour l’administration Biden, tout n’évolue pas dans le bon sens sur les théâtres étrangers […] Il leur est nécessaire de blanchir en quelque sorte leur image et d’engranger des succès en politique étrangère […] Ils leur restent la possibilité de chercher des succès en Afrique, car ils ne peuvent plus en obtenir dans d’autres régions du monde », souligne ainsi M.Lochkarev.

Joe Biden joue également sur l’Afrique pour se “démarquer radicalement” de son prédécesseur, Donald Trump, qui prônait l’isolationnisme à travers son slogan “America first”” (soit “l’Amérique d’abord”, en français), explique encore le chercheur en sciences politiques.
Le sommet Afrique-États-Unis trahit également les inquiétudes économiques de Washington, qui craint que la Chine et les BRICS ne gagnent du terrain sur le continent noir, éclipsant les produits américains et européens, affirme le spécialiste.
Il est d’ailleurs éloquent que certains pays comme le Mali ou le Burkina Faso, où l’influence occidentale est en train de s’effacer, n’aient pas été conviés au sommet, fait-il remarquer.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

L’Afrique doit pouvoir choisir ses partenaires

Certaines positions américaines lors du sommet ont par ailleurs été critiquées. Lloyd Austin, ministre américain de la Défense a ainsi accusé certaines puissances de vouloir “déstabiliser” le continent africain, fustigeant notamment les partenariats avec Moscou et Pékin.
Un grief qui ne passe pas, pour le chroniqueur et blogueur Abdoulaye Diallo, qui rappelle à Sputnik que l’Afrique doit pouvoir choisir ses partenaires.

« C’est insultant de faire croire que les Africains sont incapables de choisir leurs partenaires […] L’Afrique est capable de faire de belles choses pour elle-même. Elle est capable de s’en sortir grâce à de nouveaux partenariats, avec la Chine, la Russie, l’Inde et d’autres pays, qui s’engagent dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant », déclare-t-il ainsi.

À l’issue du sommet, les États-Unis ont annoncé débloquer une enveloppe de 55 milliards de dollars pour l’Afrique, sur trois ans. Des fonds alloués notamment à la santé et aux questions climatiques, dont la provenance et la répartition n’ont pas encore été spécifiées.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

La Russie envoie plus de 700 tonnes d’huile de tournesol au Liban à titre d’aide humanitaire

LA REDACTION

 Royaume-Uni : le roi Charles III atteint d’une «forme de cancer»

LA REDACTION

Second mandat du président français : Voici le bilan catastrophique de Macron un an après sa réélection

LA REDACTION

COMMENTER