Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Affrontements au Soudan : au moins 56 civils sont morts, 170 blessés et 3 employés humanitaires de l’ONU tués, les affrontements se poursuivent

Image 1 Image 2

Affrontements au Soudan : au moins 56 civils sont morts, 170 blessés et 3 employés humanitaires de l’ONU tués, les affrontements se poursuivent

Ce samedi matin 15 avril, Khartoum, la capitale soudanaise, s’est réveillé sous le bruit des balles et des tirs d’armes lourdes. Il s’agit d’un affrontement entre l’armée régulière soudanaise et les paramilitaires des Forces de soutien rapide. Dans un communiqué publié dimanche matin, le Syndicat des médecins a fait état d’au moins 56 morts et 170 blessés dans les affrontements. Un bilan provisoire…

La tempête qui couvait depuis des semaines s’est finalement déchaînée samedi à Khartoum au Soudan. Toute la journée, la capitale soudanaise a été le théâtre de combats à l’arme lourde opposant l’armée régulière aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).
Ces derniers ont affirmé s’être emparés du palais présidentiel et de l’aéroport tandis que l’aviation loyaliste a bombardé au moins deux de leurs bases. Des affrontements ont aussi éclaté dans la région du Darfour, dans l’Ouest, mais aussi à Merowe, dans le Nord. Selon un bilan provisoire, trois civils ont été tués.
Ces violences font suite à plusieurs jours de tension, les membres des forces de sécurité nationale ayant été redéployés dans tout le pays la semaine dernière, ce que l’armée a considéré comme une menace.

On espérait que des pourparlers permettraient de résoudre la situation, mais ils n’ont jamais eu lieu.
On ne sait pas exactement qui a tiré le premier coup de feu samedi matin, mais les combats se sont depuis lors intensifiés dans différentes régions du pays et près de 100 civils ont trouvé la mort, selon le syndicat des médecins soudanais.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Même si le conflit semble porter sur le contrôle d’installations clés, il se déroule en grande partie dans les zones urbaines et les civils en sont les victimes involontaires.
On ne sait pas exactement où se trouvent les bases des forces de sécurité soudanaises, mais il semble que leurs combattants se soient installés dans des zones densément peuplées.
L’armée de l’air soudanaise a également effectué des frappes aériennes dans la capitale, ce qui pourrait également avoir affecté les civils.
Une brève pause dans les combats, convenue par les deux parties, a été observée samedi pour permettre à la population de fuir les combats.

les affrontements se sont poursuivi ce dimanche 16 avril. Ni l’armée ni la puissante force paramilitaire du général Mohamed Hamdane Daglo ne parviennent à l’emporter malgré des combats qui ont tué au moins 56 personnes et trois employés humanitaires de l’ONU.

Contexte du conflit

Depuis le coup d’État d’octobre 2021, le Soudan est dirigé par un conseil de généraux et deux militaires sont au cœur du conflit.
Le général Abdel Fattah al-Burhan, qui est le chef des forces armées et, de fait, le président du pays.
Et son adjoint et chef de la RSF, le général Mohamed Hamdan Dagalo, plus connu sous le nom de Hemedti.
Ils ne sont pas d’accord sur la direction que prend le pays et sur la proposition de passer à un régime civil.
L’un des principaux points d’achoppement concerne le projet d’intégration des 100 000 hommes des forces de sécurité dans l’armée et la question de savoir qui dirigerait la nouvelle force.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Sommet G7 : Pourquoi le Japon invite l’Union africaine en lieu et place de l’Afrique du Sud

LA REDACTION

Mandat d’arrêt international contre le président russe : Poutine ne peut jamais être arrêté, voici 2 raisons 

LA REDACTION

Le Groupe Wagner continue de tisser sa toile en Afrique ; les détails

LA REDACTION

COMMENTER