Russafrik
A LA UNE RUSSIE-AFRIQUE

Conquête spatiale : L’Angola rebondit avec Angosat-2, grâce à la Russie

Image 1 Image 2

Conquête spatiale : L’Angola rebondit avec Angosat-2, grâce à la Russie

Grâce à la Russie, l’Angola poursuit son programme de conquête spatiale. Angosat-2 est là, plus avancé et plus performant que son ancêtre Angosat-1 qu’il remplace. Lancé en décembre 2021, ce dernier confronté à des problèmes a été perdu dans l’espace.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Le nouveau satellite vient compenser cette perte. Sa construction s’inscrit d’ailleurs dans le cadre du protocole complémentaire au contrat signé entre la Russie et l’Angola. Ce texte a prévu la construction d’un nouvel engin de remplacement en cas d’échec du premier satellite Angosat-1 d’une valeur de 327,6 millions de dollars.

La fusée russe Proton-M a lancé le satellite Angosat-2 mercredi 12 octobre à 15H00 Gmt, selon un communiqué de Roscosmos cité par « Notre temps ». Une mise en orbite annoncée plus tôt par Mário Augusto da Silva Oliveira, ministre des Télécommunications, des technologies de l’information et de la communication sociale (Minttics). Angosat-2 a une capacité de transmission sept fois plus élevée que l’ancien satellite. Il peut couvrir le continent africain, surtout la région du Sud et une partie de l’Europe du Sud.

Angosat-1 n’a que 16 bandes C et six relais dans la bande Ku, selon les données officielles rapportées par « Africa top success ». À l’opposé, Angosat-2 a quant à lui une durée de vie d’environ 15 ans, 6 « transponders » dans la bande C, 24 dans la banque Ku. De plus, ce deuxième satellite construit par la Russie est doté d’un retransmetteur dans la bande Ka, une innovation par rapport à l’autre.
Angosat-2 a été propulsé depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan par l’intermédiaire de l’Agence spatiale fédérale russe (Roscosmos). L’ambition derrière cet exploit est simple : « Nous voulons avoir une industrie spatiale nationale forte qui sert les intérêts de notre économie et apporte des avantages, non seulement pour l’Angola, mais comme un moyen de créer des synergies dans notre région tout en favorisant l’établissement d’une Afrique unie », exprime Mário Augusto da Silva Oliveira, cité par le même média numérique.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Officiel : Une cargaison humanitaire d’engrais russe remise au Malawi

LA REDACTION

Bitcoin : Une perte record de 7,3 milliards de dollars des holders en trois jours

L’équipe de rédaction

Après le Burkina, Sergueï Lavrov se rendra au Tchad

LA REDACTION

COMMENTER