Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

En réaction au Mandat d’arrêt émis contre Poutine, la Russie va poursuivre en justice des membres de la Cour pénale internationale

Image 1 Image 2

En réaction au Mandat d’arrêt émis contre Poutine, la Russie va poursuivre en justice des membres de la Cour pénale internationale


Moscou a annoncé ouvrir une enquête pénale contre des magistrats de la Cour pénale internationale (CPI). Une riposte qui suit l’émission d’un mandat d’arrêt par cette instance à l’encontre du Président russe et d’une responsable russe des Droits de l’enfant.

En réaction au Mandat d’arrêt émis   par la Cour pénale internationale (CPI) contre Valdimir Poutine, Moscou a annoncé engager des poursuites pénales à l’encontre du procureur et des juges de la CPI.

“Le Comité russe d’enquête a ouvert des procédures pénales à l’encontre du procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Ahmad Khan, et de ses magistrats Tomoko Akane, Rosario Salvatore Aitala, Sergio Gerardo Ugalde Godinez”, a indiqué l’institution.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Le 17 mars la Cour pénale internationale (CPI) a émis un mandat d’arrêt contre le chef de l’État russe. L’institution, basée à La Haye, le considère responsable du “crime de guerre présumé de la déportation d’enfants” d’Ukraine en Russie.

La cour a également émis des accusations similaires à l’encontre de Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle aux droits de l’enfant. Le Kremlin a jugé que la décision n’avait aucune valeur juridique.
Selon le Comité russe, le procureur de la CPI a envoyé le 22 février 2023 une demande de mandat d’arrêt aux noms de plusieurs citoyens russes.

En réponse, “des décisions illégales ont été prises d’arrestation du Président russe et de la commissaire présidentielle aux droits de l’enfant”, précise l’instance.
Le Kremlin a jugé  que la décision n’avait aucune valeur juridique. En effet, la Russie n’est pas signature du Statut de Rome, texte fondateur de la CPI, instance spécialisée dans les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

 Envoi de troupes en Ukraine : Quand Emmanuel Macron décide de se tirer une balle dans le pied 

LA REDACTION

Urgent : La Russie détruit en Ukraine un avion d’attaque Su-25 et deux S-300

LA REDACTION

Burkina : Fin des opérations de l’armée française ; les leçons à retenir

LA REDACTION

COMMENTER