Russafrik
EuropePOLITIQUE

Italie / Election Parlement européen : Giorgia Meloni officiellement tête de liste

Image 1 Image 2

Italie / Election Parlement européen : Giorgia Meloni officiellement tête de liste

Giorgia Meloni est candidate aux Européennes. La cheffe du gouvernement italien l’a enfin annoncé ce dimanche en conclusion de son congrès dans les Abruzzes. La tête de liste qui veut unir les souverainistes et peser au Parlement européen, fait du scrutin du 9 juin 2024 un vote-test pour son gouvernement.

Sur la scène, en bord de mer, c’est une Giorgina Meloni  combattante qui apparaît ovationnée par le congrès d’extrême droite qui rassemble la fine fleur de Fratelli d’Italia. « Je suis un soldat et les soldats n’hésitent pas à aller au front » lance galvanisée la présidente du Conseil qui fait enfin l’annonce tant attendue de sa candidature officielle   pour le scrutin européen du 9 juin.

Elle le voit comme un référendum sur son gouvernement. « J‘ai décidé de me présenter, pour guider les listes de Fratelli d’Italia dans toutes les circonscriptions. Je le fais parce que je veux demander aux Italiens s’ils sont satisfaits du travail que nous faisons en Italie  et en Europe. Je le fais, parce que je suis présidente des conservateurs européens qui veulent jouer un rôle décisif pour changer l’orientation des politiques européennes. »

« L’Italie peut changer l’Europe », c’est le slogan et l’ambition affichée par la candidate populiste qui veut « une Europe différente », celle des nations. « Fière d’être quelqu’un du peuple », Giorgia Meloni, compte bien y arriver en pariant sur sa popularité.

Leader de la formation à la flamme tricolore qui est en tête des sondages, elle vise 25 sièges au Parlement de Strasbourg, plus du double qu’actuellement : « de quoi faire enfin peser l’Italie, et les souverainistes dans les institutions européennes », assure-t-elle. Mais si la tête de liste Meloni est prête à incarner et à concentrer toute la campagne jusqu’au 9 juin, elle promet que la présidente du Conseil n’abandonnera pas sa charge gouvernementale pour autant.

 

Image 1 Image 2

EN RELATION

Le tribunal de l’histoire : la tuerie de Chasselay

LA REDACTION

Le président turc qualifie Emmanuel Macron « d’incompétent et malhonnête »

LA REDACTION

Poutine : « Ce n’est pas la faute de la Russie si les Européens stockent du bois comme au Moyen-Âge »

LA REDACTION

COMMENTER