Russafrik
AFRIQUE INFOS

LGBTQ : l’Ouganda peut se développer sans prêt, répond Museveni Banque mondiale

Image 1 Image 2

LGBTQ : l’Ouganda peut se développer sans prêt, répond Museveni Banque mondiale

En réponse à la suspension de tout nouveau prêt à l’Ouganda après sa législation contre les relations homosexuelles qui, selon lui, contredit les valeurs, le président du pays, Yoweri Museveni, a accusé la Banque mondiale de chercher à “contraindre” le gouvernement.

Museveni, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, a déclaré que “l’Ouganda se développera avec ou sans prêts”.
Il a exprimé sa tristesse que la Banque mondiale cherche à “nous contraindre à abandonner notre foi, notre culture, nos principes et notre souveraineté, en utilisant de l’argent”.

« Ils sous-estiment vraiment tous les Africains. Nous n’avons besoin de la pression de personne pour savoir comment résoudre les problèmes de notre société. Ce sont nos problèmes », a-t-il ajouté.
M. Museveni a toutefois indiqué que le pays poursuivait les discussions avec la Banque mondiale “afin qu’eux et nous évitions si possible ce détournement”.

Le président Museveni a signé en mai la loi anti-LGBT, qui impose la peine de mort pour “homosexualité aggravée” et une peine de 20 ans de prison pour “promotion” de l’homosexualité.
La législation a été condamnée par des groupes ougandais et mondiaux de défense des droits de l’homme. L’ONU, les États-Unis et d’autres pays ont également condamné la nouvelle loi.
La Banque mondiale se joint aux États-Unis pour imposer des sanctions contre l’Ouganda au sujet de la loi anti-homosexualité.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Niger : Voici la seule condition pour que le pays puisse de nouveau coopérer avec l’UE

LA REDACTION

Ces 3 pays africains ont l’indice de soft power le plus élevé

LA REDACTION

Niger : l’Union africaine rejette toute intervention militaire et se désolidarise de la CEDEAO

LA REDACTION

COMMENTER