Russafrik
Cryptomonnaie

L’Iran utilisera désormais massivement les cryptomonnaies pour ses importations

Bitcoin
Image 1 Image 2

L’Iran utilisera désormais massivement les cryptomonnaies pour ses importations

Bitcoin

L’Iran vient de conclure une importation de 10 millions de dollars, en utilisant les cryptomonnaies. Et le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce confirme que le pays compte continuer sur sa lancée. À quoi les crypto-actifs lui servent-ils ?

L’annonce a été faite par le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce cette semaine. Alireza Peyman Pak a confirmé sur Twitter que le premier ordre d’importation en cryptomonnaies du pays a été placé, et que son montant s’élève à 10 millions de dollars.

La Banque centrale d’Iran a donné le feu vert récemment : les entreprises locales pourront désormais effectuer des transactions à l’internationale en utilisant des crypto-actifs telles que le Bitcoin (BTC) comme moyens de règlement.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe telegram d’information en temps réel,

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Qui plus est, Alireza Peyman Pak a confirmé qu’il souhaitait favoriser les importations en cryptomonnaies en Iran. Il explique ainsi :

« D’ici à la fin du mois de septembre, l’utilisation des cryptomonnaies et des smart contracts sera répandue dans les échanges internationaux avec certains pays clés. »

L’intérêt de l’Iran pour ces actifs numériques n’est pas nouveau. En 2020, il devenait le premier pays à autoriser les cryptomonnaies pour l’importation de biens.  Il faut rappeler que l’Iran fait l’objet de fortes sanctions internationales, les actifs de ce type sont donc un moyen de les esquiver. En 2021, un think tank lié à l’État iranien avait ainsi publié un rapport recommandant le minage de BTC pour échapper aux sanctions.

On note aussi une adoption particulièrement forte au niveau des particuliers. Selon un rapport paru à la fin de l’année dernière, 14 % des Iraniens possédaient à l’époque des cryptomonnaies. Ici comme ailleurs, la forte chute de la monnaie fiduciaire du pays a incité les habitants à se tourner vers ces nouveaux actifs.

Image 1 Image 2

EN RELATION

JAPAP MESSENGER et le WEB 3.0: Mais au faite, c’est quoi le Web 3.0 ? Vous allez enfin comprendre

L’équipe de rédaction

Média à gage : RFI, la prostituée qui veut donner les leçons de fidélité

LA REDACTION

Après son enregistrement en tant que PSAN, Binance abandonne les produits dérivés en France

L’équipe de rédaction

COMMENTER