Russafrik
Politics

Royaume-Uni : un rapport attendu dans le cadre du conflit nord-irlandais

Image 1 Image 2

Royaume-Uni : un rapport attendu dans le cadre du conflit nord-irlandais


Vingt-six ans après l’accord de paix, l’Irlande du Nord continue de tirer les leçons de la guerre civile. Un rapport attendu ce vendredi 8 mars pourrait révéler l’identité d’un agent double au sein de l’IRA, les paramilitaires républicains.

La police nord-irlandaise a-t-elle couvert 18 meurtres, commis par l’armée républicaine irlandaise, l’IRA, afin de protéger un agent double au service de l’armée britannique ? C’est à cette question que doit répondre l’opération Kenova, lancée en 2016.

Les « Troubles » ont duré trente ans dans cette nation britannique. Ils ont opposé les catholiques républicains, pour la réunification de l’Irlande, aux protestants unionistes, favorables au maintien dans le Royaume-Uni.

Au centre de l’enquête, un nom : « Stakeknife ». Ce supposé espion des services britanniques aurait infiltré l’armée républicaine irlandaise, jusque haut dans la hiérarchie. L’espionnage britannique aurait couvert ses agissements – de la torture, des kidnappings en plus des assassinats – afin de ne pas le compromettre et de continuer à glaner des informations sur l’IRA.

L’opération Kenova, notamment critiquée pour son coût
La presse a identifié « Stakeknife » comme Fred Scappaticci, en 2003. L’ancien paramilitaire, aujourd’hui décédé, a toujours nié.

Le rapport de ce vendredi ne constitue qu’un point d’étape pour l’opération Kenova, critiquée pour son coût et son manque d’efficacité. Personne n’a encore été poursuivi, huit ans après son lancement.

Une confirmation des allégations de maquillage de crimes entacherait sérieusement la réputation de l’armée britannique, déjà accusée de nombreuses exactions pendant les « Troubles ».

Image 1 Image 2

EN RELATION

Espagne : Pedro Sanchez fait son retour en meeting en Catalogne

LA REDACTION

Poutine : “Nous ne permettrons jamais que les intérêts de la Russie soient négligés”

LA REDACTION

Grosse révélation : Moscou et Kiev étaient sur le point de parvenir à un accord de paix au printemps 2022

LA REDACTION

COMMENTER