Russafrik
AFRIQUE INFOSDERNIÈRES NOUVELLES

Sommet Afrique-USA : la chine dame le pion à Washington

Image 1 Image 2

Sommet Afrique-USA : la chine dame le pion à Washington


Par le sommet États-Unis-Afrique, prévu pour le 13 décembre, Washington tentera de renforcer sa coopération avec l’Afrique. Mais la Chine est depuis longtemps un partenaire économique majeur de la plupart des pays du continent, estiment trois experts.

Le sommet États-Unis-Afrique démarre le 13 décembre à Washington à l’initiative du Président Joe Biden. Trois experts interrogés par Sputnik pointent la position désavantageuse des USA face à l’influence croissante de Pékin sur le continent africain.
« C’est un signe de désespoir. C’est le signe que les États-Unis deviennent de plus en plus hystériques face au rapprochement entre la Chine et l’Afrique en particulier », estime auprès de Sputnik Gerald Horne, professeur d’études afro-américaines à l’université de Houston.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Partenaire économique principal

Washington a beau placer le sommet sous le signe de la reconfiguration des relations américano-africaines, la plupart des vecteurs stratégiques sur le continent proviennent de Pékin, assure Nikolaï Chtcherbakov, professeur de l’École des hautes études en sciences économiques” (EHESE), établissement russe.
« La Chine est devenue à la fois le principal partenaire économique de la grande majorité de plus de cinquante États africains et un investisseur très important, travaillant principalement dans des projets d’infrastructure. Par conséquent, pour les États-Unis, il n’est guère réaliste d’y opposer quelque chose de réel [face à la Chine] », martèle-t-il.

« La Chine évince à coup sûr non seulement les États-Unis, mais en général les concurrents du continent », avance ce spécialiste de l’histoire des pays africains.
C’est pourquoi “les États-Unis ne devraient plus tant prêter attention à certains désaccords politiques avec certains pays mais à réfléchir plutôt à la façon de rester sur le continent à travers divers programmes”.
Situation de plus en plus instable

Contacté par Sputnik, Fang Wei, spécialiste chinois de l’Afrique occidentale auprès de l’université d’Anhui indique que la situation dans le monde devient de plus en plus “instable, incertaine et précaire”.
« Dans ces conditions, le sommet États-Unis-Afrique est nécessaire pour l’administration Biden afin d’élargir ses intérêts en Afrique, de renforcer la coopération avec les pays africains, et aussi d’essayer d’apaiser le mécontentement sur le continent face à la politique “America First” de l’administration Trump », soutient-il.
Il met en avant que les sommets Chine-Afrique “se tiennent tous les trois ans depuis 22 ans et semblent être un mécanisme de coopération plus stable et plus efficace”.
Quant au sommet États-Unis-Afrique, tous les membres de l’Union africaine sont invités, une cinquantaine de chefs des États africains sont donc attendus à Washington jusqu’au 15 décembre.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Opération militaire russe : voici ce que l’Ukraine a perdu en 24 heures

LA REDACTION

Sénégal : Ousmane Sonko officiellement installé Premier ministre

LA REDACTION

Sommet Afrique-États-Unis : Joe Biden exclut 4 pays de la rencontre

LA REDACTION

COMMENTER