Russafrik
POLITIQUE

Sommet des BRICS : L’Afrique du Sud songe à un format mixte ; les détails

Image 1 Image 2

Sommet des BRICS : L’Afrique du Sud songe à un format mixte ; les détails

L’Afrique du Sud explore toutes les pistes pour permettre à Vladimir Poutine de participer au prochain sommet des BRICS. Le Président russe, sous le coup d’un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI), pourrait finalement assister aux débats en ligne, rapporte le Sunday Times.

Pretoria songe en effet à organiser un sommet mixte, qui associerait discussions en présentiel et à distance. Le gouvernement sud-africain a entamé des négociations avec la partie russe pour mettre en place un tel format. Cela permettrait au Président russe de participer aux réunions sans quitter le territoire russe.
L’hebdomadaire sud-africain ne précise cependant pas à quel stade en sont les négociations et dans quel délai elles sont susceptibles d’aboutir.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

La valse-hésitation de Pretoria

Ces nouvelles informations viennent clore le feuilleton sud-africain sur la CPI et le sommet des BRICS, qui avait débuté fin avril. Le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), avait ainsi proposé que le pays se retire de la CPI, ne songeant pas une seconde à arrêter le Président russe s’il se déplaçait jusqu’au pays arc-en-ciel. “Poutine peut venir à tout moment”, avait ainsi déclaré le secrétaire général de l’ANC, Fikile Mbalula.

Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, avait cependant fait marche arrière un peu plus tard, affirmant que son pays ne souhaitait pas se retirer de la CPI et qu’il s’agissait d’une “erreur de communication”.
Pretoria doit accueillir le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) en août prochain. Mais le pays arc-en-ciel est aussi membre de la CPI, ce qui sous-entend qu’il serait forcé d’arrêter le Président russe si celui-ci y venait en visite.

Plusieurs autres pays africains, comme le Zimbabwe ou la Guinée, ont remis en cause le mandat d’arrêt émis par la CPI contre Vladimir Poutine, indiquant que le Président russe serait toujours le bienvenu sur leur territoire.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Crise Wagner : le plan machiavélique de l’occident mis à nue ; le forum Russie- Afrique aura bien lieu

Ouverture du 7e Forum économique de l’Est à Vladivostok en Russie

OTAN contre Russie : des documents secrets remis aux forces armées ukrainiennes sont montrés

LA REDACTION

COMMENTER