Russafrik
AFRIQUE INFOS

 Voici pourquoi le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont claqué la porte de la CEDEAO

Image 1 Image 2

 Voici pourquoi le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont claqué la porte de la CEDEAO

La décision est tombée comme un couperet hier à la mi-journée. Et ce matin, la presse des trois pays regroupés au sein de l’AES, l’Alliance des États du Sahel, est plutôt partagée…

« C’est l’euphorie ! », s’exclame le site d’information Mourya Niger à Niamey. « Les populations des trois pays saluent ce retrait et l’entendent comme une réciprocité des sanctions économiques, commerciales et financières sévèrement infligées au Niger (…). Ça va être dur, mais les populations de l’espace AES préfèrent se serrer la ceinture dans la dignité plutôt que vivre l’humiliation. »

« Les Chefs d’Etats de l’AES ont pris leurs responsabilités », lance Malijet à Bamako. « L’organisation était devenue un instrument manipulé par des puissances étrangères, trahissant ainsi ses principes fondateurs et constituant une menace pour ses États membres et leurs populations. »

Le Sursaut, toujours à Bamako, s’interroge : « avec ce retrait brusque de la CEDEAO, les trois Etats ont-ils mesuré les conséquences pour les populations ? Ce qui est certain, c’est que les régimes en place dans ces trois Etats n’accepteront plus aucune exigence de la CEDEAO en matière d’élections. »

 Quid de la libre circulation des personnes et des biens ?

« Divorce salutaire ou saut dans l’inconnu ? », se demande L’Observateur Paalga à Ouaga.

Dubitatif également, Le Pays : « les présidents Traoré, Goïta et Tchiani ont-ils pris toute la mesure de la situation ? En effet, la libre circulation risque d’en prendre un sérieux coup. À cela s’ajoute le fait que les trois pays sont enclavés et dépendent, pour l’essentiel, des pays côtiers, en l’occurrence la Côte d’Ivoire, le Togo, le Ghana, le Bénin et le Nigeria. »

En effet, relève Le Monde Afrique, « reste à savoir comment les trois juntes vont gérer les conséquences économiques et sociales qui pourraient découler de leur sortie de l’instance régionale (…). Hausse des tarifs douaniers, bouleversement du système d’import-export, réinstauration de visas… L’impact de ces départs dépendra du bon vouloir des Etats encore membres de la CEDEAO à maintenir de bonnes relations avec les trois juntes de l’AES et à faciliter le quotidien de leurs citoyens, dont le passeport siglé CEDEAO pourrait être rendu caduc. »

Enfin, constate Aujourd’hui à Ouagadougou, « exit donc la CEDEAO de par la volonté des régimes kakis (…). » Et, s’interroge le journal : « à quand la rupture avec l’UEMOA et une nouvelle monnaie ? À vos marques ! »

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Sénégal : le camp de Karim Wade sous le choc après son exclusion de la liste des candidats

LA REDACTION

Dérive éditoriale : Le Mali durcit le ton et met en garde la chaîne française TV5 Monde

LA REDACTION

Coup d’Etat au Niger : la CEDEAO dos au mur, se réunit à nouveau ce jeudi en session extraordinaire

LA REDACTION

COMMENTER