Russafrik
POLITIQUE

Annoncé pour quitter la CPI, l’Afrique du Sud fait un rétropédalage et évoque une “erreur” de communication

Image 1 Image 2

Annoncé pour quitter la CPI, l’Afrique du Sud fait un rétropédalage et évoque une “erreur” de communication

La présidence de l’Afrique du Sud a annoncé mardi qu’elle ne quitterait pas la Cour pénale internationale (CPI), invoquant une “erreur” de communication du parti au pouvoir, l’ANC, concernant le mandat d’arrêt contre le président Vladimir Poutine pour crime de guerre en Ukraine.

“La présidence souhaite clarifier le fait que l’Afrique du Sud reste signataire du Statut de Rome (…) Cette clarification fait suite à un commentaire erroné lors d’une conférence de presse de l’ANC”, a annoncé la présidence dans la soirée.
Le Président Cyril Ramaphosa avait annoncé mardi que l’ANC avait demandé que le pays, critiqué depuis le début de la guerre en Ukraine pour sa proximité avec Moscou, quitte la CPI.
“Le parti au pouvoir a tranché, estimant prudent que l’Afrique du Sud se retire de la CPI”, avait déclaré M. Ramaphosa lors d’une conférence de presse à l’issue d’une visite du président finlandais Sauli Niinistö, après une réunion du Congrès national africain (ANC) au cours du week-end.

La question de savoir si l’Afrique du Sud arrêtera Poutine est “à l’étude”, avait ajouté le chef d’Etat. Le Président russe Vladimir “Poutine peut venir à tout moment dans ce pays”, avait déclaré plus tôt le secrétaire général de l’ANC Fikile Mbalula lors d’une conférence de presse. “La CPI ne sert pas les intérêts de tous, mais ceux de quelques-uns”, avait-il ajouté.

La CPI installée à La Haye a émis en mars un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine.
Or Pretoria doit accueillir en août un sommet des Brics – groupe de pays réunissant l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie. Membre de la CPI, le pays est théoriquement censé arrêter le président russe s’il entrait sur son territoire.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

L’Afrique du Sud avait déjà voulu se retirer de la CPI en 2016 après une visite de l’ancien président soudanais Omar el-Béchir. Pretoria avait refusé de procéder à l’arrestation de ce dernier, également visé par un mandat d’arrêt de la Cour.

Mais le retrait de Pretoria avait été contrecarré par la justice du pays, qui avait estimé qu’une telle décision serait inconstitutionnelle. Même en cas de retrait, l’Afrique du Sud aurait été obligée d’arrêter Vladimir Poutine, s’il se rendait au sommet des Brics en août, car un retrait de la CPI prendrait plus d’un an pour être effectif à partir de la date de l’annonce officielle de son départ.

La procédure implique “un processus parlementaire rigoureux, nous serions toujours liés par nos obligations à la CPI pendant 12 mois après la communication de notre retrait”, a souligné Nicole Fritz, directrice de la Fondation Helen Suzman, qui milite pour la défense des droits humains.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Coopération Russie-Mali : Voici  les grandes lignes de l’échange téléphonique  entre Vladimir Poutine et le colonel Assimi Goïta 

LA REDACTION

Énergie : la France reconnaît finalement l’impact de la Russie

LA REDACTION

Sarkozy sur la politique européenne : « Nous dansons au bord d’un volcan, c’est à la France de prendre le leadership dans cette crise »

LA REDACTION

COMMENTER