Russafrik
AFRIQUE INFOSECONOMIEPOLITIQUERUSSIE INFOS

Cemac / crise alimentaire :Réunion UE-UA ou alors la Cryptomonnaie quelle est la solution ?

Gicam
Image 1 Image 2

Cemac / crise alimentaire :Réunion UE-UA ou alors la Cryptomonnaie quelle est la solution?Gicam

Alors que la crise Russo Ukrainienne bat son plein, le Président du Gicam écrit au président Français pour un sommet extraordinaire UE- UA. Question de voir comment sécuriser les approvisionnements en nourriture en Afrique. Le patronat catalyseur du développement ou alors une espèce de Baillam Sellam passoire des devises ?

Il y a quelques jours , le président du Groupe inter- patronal du Cameroun- Gicam et par ailleurs Président en exercice du patronat d’Afrique centrale a écrit une lettre ouverte au président français pour une réunion urgente entre l’UE et l’UA sur des questions alimentaires. « Le bien-fondé de ce sommet tient à l’urgence alimentaire, elle-même nourrie par un environnement inflationniste propice à l’apparition de tensions sociales et politiques » peut on lire dans cette lettre ouverte. Cette réunion selon lui aurait pour objectif d’élaborer les mesures d’accompagnement des pays africains pour juguler cette crise à court terme et, d’un autre côté, d’engager la réflexion sur une organisation efficace des politiques agricoles, incluant la modernisation du secteur et la promotion de l’agro-industrie et des produits locaux. Toute chose qui est suffisamment louable . Seulement, qu’a fait le patronat camerounais pour l’indépendance alimentaire des pays comme le Cameroun ?

Au Cameroun, tout pousse à merveille. Le blé , le Riz , le maïs, le Manioc , la patate, les pommes de terres tout comme les pommes fruits d’origine tempérée qui poussent dans des zones comme Dschang. Mais le patronat camerounais se contente d’être des importateurs de ces produits, de véritables Baillam Sellam, ils partent acheter pour venir revendre au pays et se bombent le torse d’être des hommes d’affaires et des opérateurs économiques. Pourtant , les devises étrangères sont essorées, érodées. Plusieurs ont même le monopole mais n’ont rien fait pour pratiquer l’import substitution. Comment un petit pays comme l’Ukraine peut paralyser tout un continent qui a 100 fois voir 1000 fois plus d’atouts agricoles que lui ? Parce que son tissu économique est moribond et extraverti.

À qui le GICAM écrit t’il ?

Au président français le vrai coupable de cette situation en Afrique francophone. Pour deux raisons :

La première c’est la France qui est le promoteur du FCFA. Cette monnaie qui est totalement contre le développement local. Même si les hommes d’affaires voulaient s’investir dans l’agriculture et sa transformation les produits seraient bien plus élevés du fait du FCFA qui est une devise très forte avec une parité fixe et une convertibilité illimitée. Chose qui rendrait ces produits inaccessibles dans le marché local. Et donc aucun homme d’affaire sérieux ne saurait s’y aventurer. Seuls les Etats sont obligés de le faire et procèdent aux subventions pour maintenir cette transformation locale en l’état.

2ème raison

Elle est la plus récente. La France a décidé d’être solidaire à l’Ukraine. Démarche qui l’a conduit à mettre en œuvre plusieurs sanctions contre la Russie. Parmi ces sanctions se trouvent en bonne place la suspension des échanges entre la banque centrale française et la banque centrale Russe. Seulement la banque centrale française sert aussi à 14 pays francophones d’Afrique de support d’échange avec le monde entier . Pourtant, de ces 14 pays , plusieurs ont refusé de se mêler de cette guerre qui ne les concerne pas. Mais de façon unilatérale et sans consulter qui que se soit, Emmanuel Macron a choisi pour ces pays contre leur avis . Comment Celestin Tawamba peut croire que celui qui a créé le problème pour garantir les intérêts égoïstes de son peuple peut résoudre le problème d’un autre peuple qu’il exploite d’ailleurs depuis longtemps ?

Appel aux solutions courageuses !

Il faut arrêter avec des solutions cosmétiques. Réunion UE -UA elle sera un moment de grands discours et d’humiliations des dirigeants africains. Un moment de leur faire dire de condamner la Russie et rien d’autres mais à quoi sert une condamnation sans poids . Pourtant, ce que les pays africains comme les pays de la CEMAC ont besoin de faire, c’est de contourner la banque centrale de France et continuer de commercer avec la Russie comme le fait des pays comme la Chine , l’Inde et autres. Pour ce faire la RCA a trouvé la solution : la Cryptomonnaie. Elle permet des échanges horizontaux sans l’intervention de la banque centrale. Pas besoin des réunions ridicules mais des décisions pragmatiques. La France a bafoué les règles du FCFA pour satisfaire l’orgueil occidental, la réciprocité voudrait que la CEMAC fasse autant. En temps que Patron du patronat d’Afrique centrale, il revient au président Celestin Tawamba de condamner la démarche de la Cobac qui est d’interdire un instrument visant à passer outre la banque centrale afin de permettre la continuité de l’approvisionnement en blé à court terme et organiser le patronat à se lancer dans la transformation agricole locale. Hélas la colonisation tient le cerveau de certains dirigeants économiques africains !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image 1 Image 2

EN RELATION

Erdogan : le président turc s’en prend à l’Occident et au monde islamique ; la raison

LA REDACTION

Burkina Faso : Des terroristes vêtus de l’uniforme des Forces armées burkinabè attaquent le camp du groupe armé d’autodéfense

LA REDACTION

« Russophobe », « colonialiste », « raciste » : Le chef du Kremlin dézingue l’Occident

LA REDACTION

COMMENTER