Russafrik
POLITIQUE

Guerre en Ukraine : les forces de Kiev ont exécuté 20 personnes ayant coopéré avec Moscou, une provocation se prépare

Image 1 Image 2

Guerre en Ukraine : les forces de Kiev ont exécuté 20 personnes ayant coopéré avec Moscou, une provocation se prépare


Une provocation est préparée par le Service de sécurité d’Ukraine dans une ville de la région de Kherson sous le contrôle de Kiev. L’organisation a exécuté 20 personnes pour leur collaboration avec la Russie. Leurs corps seront mis en scène.
Le Service de sécurité d’Ukraine (SBU) a tué 20 personnes dans la ville de Berislav, sur la rive droite du Dniepr dans la partie de la région de Kherson contrôlée par Kiev.
Selon un représentant des services de sécurité russes, les individus assassinés ont été accusés d’avoir des liens avec Moscou.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

« D’après des informations de nos sources au SBU, 20 civils et anciens agents des forces de l’ordre de Berislav issus de la population locale, qui ont coopéré avec la Russie à l’été et à l’automne de cette année, ont été exécutés dans l’usine de constructions mécaniques de Berislav par des agents du SBU », a-t-elle précisé.
En ce moment, le SBU prépare une mise en scène de l’extraction des corps “afin de prétendre que les citoyens assassinés sont des victimes de répressions russes”.

Le retrait de l’armée et l’évacuation des civils
L’évacuation des civils de la région de Kherson depuis la rive droite vers la rive gauche du Dniepr a eu lieu en octobre-novembre en raison d’une possible escalade de la situation sur la ligne de contact.
Après avoir évacué des dizaines de milliers de personnes de la région, l’armée russe s’est retirée de la rive droite du Dniepr. Une décision qui a été prise pour éviter de lourdes pertes humaines, selon le commandant de l’opération russe en Ukraine.
Le général Sergueï Sourovikine a annoncé le 9 novembre qu’”organiser la défense sur la rive gauche du Dniepr était “l’option la plus rationnelle” dans des circonstances où l’armée russe avait du mal à approvisionner ses troupes sur la rive droite.
En outre, ces dernières ont été exposées au risque d’une inondation d’ampleur à cause d’une possible destruction du barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovka par l’armée ukrainienne.

Combats sur le terrain
Les forces russes continuent de progresser sur l’axe de Donetsk. Les pertes ukrainiennes s’élèvent à 30 militaires au cours de leur tentative de contre-attaquer. Sur les axes de Koupiansk et de Krasny Liman, les militaires russes ont éliminé jusqu’à 70 combattants ennemis.
Enfin, 83 postes d’artillerie ainsi que du personnel et du matériel militaires dans 156 zones ont été visés.
Depuis le début de l’opération militaire en Ukraine, l’armée russe a abattu 343 avions, 183 hélicoptères, 2.653 drones, détruit 396 systèmes de défense antiaérienne, 7.076 chars et autres véhicules blindés, 928 véhicules de lance-roquettes multiples, 3.678 équipements d’artillerie de terrain et de mortiers, ainsi que 7.568 unités de véhicules militaires.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Bolivie : 17 personnes arrêtées après l’échec du coup d’État

LA REDACTION

France : après les échecs en Afrique, Macron vire un haut responsable

LA REDACTION

Comparé à Hitler, Netanyahou répond sèchement à Erdogan

LA REDACTION

COMMENTER