Russafrik
Cryptomonnaie

Il prétend être l’inventeur du bitcoin : un Australien en procès à Londres

Bitcoin
Image 1 Image 2

Il prétend être l’inventeur du bitcoin : un Australien en procès à Londres

Bitcoin

À partir de ce lundi 5 février et durant près d’un mois et demi, un tribunal de Londres tentera de déterminer si l’Australien Craig Steven Wright est ou non le programmeur énigmatique à l’origine du bitcoin, comme il l’affirme depuis 2016.

Ses détracteurs le surnomment « Faketoshi », du nom de Satoshi Nakamoto – un pseudonyme – qui a publié en octobre 2008 le texte à l’origine du bitcoin. Revendiquant être le mythique inventeur de la célèbre cryptomonnaie et en posséder les droits, sans jamais parvenir à le prouver, Craig Steven Wright multiplie depuis plusieurs années les actions judiciaires. Il y a deux ans, devant un tribunal norvégien, il avait affirmé avoir détruit le disque dur de l’ordinateur qui lui aurait permis d’accéder au code.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Cet Australien de 53 ans, qui résidait encore récemment en Angleterre, devra se défendre à partir de ce lundi face à la Crypto Open Patent Alliance (Copa), une association qui vise la suppression des brevets sur les technologies liées aux cryptomonnaies, et qui réunit des poids lourds du secteur, comme la plateforme d’échanges Coinbase et la société Block, spécialisée dans les paiements numériques. Meta, la maison-mère de Facebook et Instagram, avait également rejoint l’alliance début 2022, mais jeudi, son nom n’apparaissait plus sur le site de la Copa à la page des membres.

L’organisation accuse Craig Wright de mentir sur son identité, et d’avoir forgé et manipulé des documents qu’il a présentés pour prouver ses dires. L’issue de cette affaire déterminera celle d’une autre opposant l’entrepreneur en série à 26 développeurs, des individus aussi bien que des sociétés comme la plateforme Coinbase, qu’il accuse d’avoir « enfreint ses droits de propriété intellectuelle ».

Craig Wright n’est pas le premier à revendiquer la paternité du bitcoin ou à en être soupçonné. L’un des premiers suspectés, Dorian Nakamoto, un ingénieur japonais-américain identifié comme Satoshi par un journaliste du magazine Newsweek en 2014, nie à l’heure actuelle toute implication dans la création de la mythique cryptomonnaie. D’autres ont théorisé qu’un travail d’une telle ampleur serait plus vraisemblablement l’œuvre d’un collectif plutôt que d’un unique développeur.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Les autorités zimbabwéennes fixent le prix des jetons adossés à l’or

LA REDACTION

Naviguer sur le marché des crypto-monnaies : Facteurs à prendre en compte et meilleurs moments pour acheter le Limocoin.

L’équipe de rédaction

Stablecoins : Visa confirme son engagement pour développer de nouveaux produits

LA REDACTION

COMMENTER