Russafrik
POLITIQUE

L’assemblée générale de l’ONU veut un cessez-le-feu à Gaza, le Libéria s’y oppose ; la raison

Image 1 Image 2

L’assemblée générale de l’ONU veut un cessez-le-feu à Gaza, le Libéria s’y oppose ; la raison

La résolution, adoptée mardi par 153 voix pour et 10 contre, «exige un cessez-le-feu humanitaire immédiat», réclame la protection des civils, l’accès humanitaire et la libération «immédiate et inconditionnelle» de tous les otages. Le Libéria est le seul pays africain à avoir voté contre.

La pression contre Israël est montée mardi, avec l’appel à une écrasante majorité de l’assemblée générale de l’ONU à un « cessez-le-feu humanitaire » dans la bande de Gaza, soumise à des frappes israéliennes incessantes. Les conditions y sont chaque jour plus terribles.

Et pour la première fois depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien, le président américain Joe Biden a critiqué publiquement le gouvernement israélien pour son opposition à une « solution à deux Etats ». Il l’a mis en garde contre une érosion du soutien de l’opinion publique mondiale à cause de ses bombardements « aveugles » sur Gaza.

Prenant le relais d’un Conseil de sécurité paralysé, l’assemblée générale de l’ONU a réclamé mardi « un cessez-le-feu humanitaire immédiat », dans une résolution adoptée par 153 voix contre 10 et 23 abstentions. Mais le texte, non contraignant, ne condamne pas le Hamas, une absence fustigée par Israël et les Etats-Unis, qui ont voté contre.

« L’enfer sur terre »

La population dans la bande de Gaza, où 85% des 2,4 millions d’habitants ont été déplacés et des quartiers entiers détruits par les bombardements, vit « l’enfer sur terre », a lancé le directeur de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Philippe Lazzarini.

Dans le sud du territoire soumis à un blocus israélien depuis plus de 15 ans et à un siège total depuis deux mois, de nouveaux raids meurtriers ont visé mardi Khan Younès et Rafah. Des frappes sur deux maisons à Rafah ont fait 24 morts, selon le ministère de la santé du Hamas.

L’armée israélienne a déclaré la guerre au mouvement islamiste palestinien après une attaque menée le 7 octobre en Israël par ses commandos infiltrés de la bande de Gaza voisine, qui a fait 1200 morts, en majorité des civils, selon les autorités.

Elle a promis de détruire le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis et l’Union européenne. Son offensive à Gaza a coûté la vie à 18’412 personnes, en grande majorité des femmes et des moins de 18 ans, selon le ministère de la santé du Hamas.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Job numbers show tremendous growth in state’s travel industry

admin4231

BRICS+, L’ÉVÉNEMENT ÉCONOMIQUE DE DEUX JOURS À ST. PETERSBOURG: EMILE PARFAIT SIMB, INVITÉ SPÉCIAL

L’équipe de rédaction

Don de blé russe à la RCA : Société des céréales du Cameroun (Kadji) et Africa Foods (Broli) embarrassent l’interprofession

1 comment

Fabien 16 décembre 2023 at 16h35

Perso, un bon bombardement sur Israël est nécessaire !
Depuis le temps que ce pays raciste emmerde le monde !

Reply

COMMENTER