Russafrik
AFRIQUE INFOSECONOMIE

Libye : le géant italien Eni investira 8 milliards de dollars dans le gaz

Image 1 Image 2

Libye : le géant italien Eni investira 8 milliards de dollars dans le gaz

Le géant italien Eni va investir 8 milliards de dollars dans le développement de sites gaziers offshore au large de la Libye, au terme d’un accord avec la Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC), a annoncé mercredi le patron de la NOC Farhat Bengdara.

“Nous sommes parvenus à un accord avec  la sociéte Eni pour le développement du secteur pétrolier et gazier, visant deux champs offshore susceptibles de produire 850 millions de mètres cubes de gaz” par jour, a fait savoir M.Bengdara lors d’un entretien télévisé avec la chaîne locale al-Masar.

Cet accord “entre la NOC et Eni, sera signé samedi 28 janvier, lors d’une cérémonie officielle, pour l’investissement de 8 milliards de dollars pour le développement de ces deux champs”, a-t-il précisé.

Une visite de la Première ministre italienne Giorgia Meloni est prévue dans les prochains jours à Tripoli, selon des médias libyens et italiens.

Près de onze ans après  la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye, qui dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique, reste déchirée entre factions rivales de l’est et l’ouest, sur fond d’ingérences étrangères.

Depuis mars, deux gouvernements se disputent le pouvoir, l’un installé à Tripoli (ouest) et reconnu par l’Onu, l’autre soutenu par le Parlement et le camp du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’Est.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Une crise qui dure

Sur la dernière décennie, la Libye a été régulièrement en proie à des affrontements violents entre factions rivales de l’Est et de l’Ouest, ce qui a affecté l’exploitation des gisements, le transport des hydrocarbures et les terminaux pétroliers, pris en tenaille entre les deux camps.

En décembre, la NOC avait appelé les entreprises étrangères actives dans le secteur des hydrocarbures à reprendre leurs opérations d’exploration et de production.

La NOC avait alors expliqué avoir effectué une “évaluation” de la situation sécuritaire et constaté une “amélioration spectaculaire” sur certains sites où il était difficile d’opérer auparavant.

Ce secteur vital pour l’économie libyenne a besoin d’investissements étrangers pour atteindre les niveaux de production espérés, la Libye souhaitant augmenter sa production pétrolière à 2 millions de barils par jour, soit un quasi doublement par rapport au niveau actuel de 1,2 million de b/j.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

 Sénégal / Report des Elections présidentielles : vers un 3ème mandat déguisé de Macky Sall ?

LA REDACTION

« Nous n’avons rien à mendier », une ministre brazza-congolaise claque la porte de la COP27

LA REDACTION

Officiel ! L’Égypte rejoint la Banque de développement des BRICS

LA REDACTION

COMMENTER