Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Mandat d’arrêt contre Poutine : L’Afrique du Sud s’apprête à voter une loi pour contourner la CPI ; les détails

Image 1 Image 2

Mandat d’arrêt contre Poutine : L’Afrique du Sud s’apprête à voter une loi pour contourner la CPI ; les détails

L’Afrique du Sud prévoit de modifier sa loi pour pouvoir contourner les mandats d’arrêt émis par la Cour pénale internationale, a déclaré un vice-ministre sud-africain auprès de la BBC. Ce alors que Vladimir Poutine est recherché par cette instance, non reconnue en Russie, et est attendu à Johannesburg pour le sommet des BRICS en août.

Le gouvernement sud-africain a l’intention de changer prochainement la législation nationale pour avoir le droit de décider indépendamment de la question de l’arrestation d’une personne recherchée par la
Cour pénale internationale (CPI), a indiqué le vice-ministre de la présidence sud-africaine.

“En juin, nous soumettrons la loi au parlement”, a déclaré Obed Bapela à l’émission Newshour de la BBC World Service. Par le biais de la loi, l’Afrique du Sud “s’accordera des exemptions sur qui arrêter et qui ne pas arrêter”.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Mandat de la CPI contre Poutine

Cette initiative intervient sur fond de question de l’éventuelle présence du dirigeant
russe au sommet des BRICS programmée pour le mois d’août en Afrique du Sud. Vladimir Poutine est visé par un mandat d’arrêt émis par la CPI.

Cette
instance le tient responsable, ainsi que son émissaire pour les enfants, de la “déportation” d’enfants que les autorités russes ont évacués vers des zones sûres. Moscou ne reconnaît pas la compétence de la CPI et considère ses décisions nulles et non avenues, selon le porte-parole du Kremlin.

L’Afrique du Sud reconnait cependant la compétence de la CPI. Précédemment, le Président sud-africain Cyril Ramaphosa avait déclaré que les autorités examineraient la question de la dénonciation du traité établissant l’instance.

Doubles standards de la CPI

Obed Bapela a également fustigé l’instance pour ses “deux poids deux mesures”:

“Nous n’avons jamais pensé que la CPI que nous avons aujourd’hui sera ce qu’elle est. Ils n’ont jamais inculpé Tony Blair, ils n’ont jamais inculpé [George W] Bush pour leurs meurtres d’Irakiens”, a-t-il déclaré, faisant référence aux anciens dirigeants britanniques et américains pour leur invasion de l’Irak en 2003.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

L’Allemagne adopte une loi simplifiant le changement de genre

LA REDACTION

France : des coupures d’électricité à Paris, Macron totalement impuissant 

LA REDACTION

La RPDC a soutenu les résultats des référendums dans les régions LDNR, Kherson et Zaporozhye

LA REDACTION

COMMENTER