Russafrik
AFRIQUE INFOSECONOMIEPOLITIQUE

Pourquoi la France et tous les pays colonisateurs de l’Afrique sont opposés à l’adoption massive des crypto monnaies en Afrique et particulièrement dans la Zone CFA ?

Image 1 Image 2

Pourquoi la France et tous les pays colonisateurs de l’Afrique sont opposés à l’adoption massive des crypto monnaies en Afrique et particulièrement dans la Zone CFA ?

Il n’est plus un secret pour personne que partout où la France met ses pieds, c’est le bordel qui s’y installe. Ne nous voilons pas la face, même le Général De Gaulle n’avait-il pas dit que ‘’la France n’a pas d’amis mais des intérêts ? Les actuels dirigeants français ne dérogent pas à cette règle. En tout cas, pour eux tous les pays africains doivent continuer par subir le joug colonial. Peu importe la manière et les méthodes, c’est la France qui doit régner en maître sur l’Afrique . Comme s’il s’agissait de leur patrimoine privé. Le comble est qu’ils (les dirigeants français) le font avec leurs sbires tapis dans l’ombre et qui ne veulent pas voir le développement du continent africain.

Des sous fifres et bambins qui ne réfléchissent que par le bout de leurs poches. C’est triste ! A la limite déplorable. Le FCFA en est l’exemple palpable. La preuve par A de l’assouvissement et de l’asservissement d’une bonne partie du continent noir. En tout état de cause, il faut que les dirigeants africains se réveillent de leur long sommeil et prennent les taureaux par les cornes afin de faire barrière au système colonial français érigé en mode de gouvernance depuis des années. Depuis la nuit des temps, tout le monde sait que c’est la France qui est la propriétaire exclusive de la fameuse monnaie appelée FCFA (Franc des Colonies Françaises né le 26 décembre 1945), jour où la France ratifiait les accords de Bretton Woods et procéda à sa première déclaration de parité au Fonds monétaire internationale (FMI) sous l’égide du Général de Gaulle qui, à cette époque, avait traumatisé tous les dirigeants Africains.

Donc, la France après la deuxième guerre mondiale prit le contrôle de tous les pays de l’Afrique Centrale et presque tous de l’Afrique de l’Ouest à savoir : Cameroun, Gabon, Tchad, RCA, Congo Brazzaville et Congo Kinshasa, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, Guinée Conakry, Niger, Bénin, etc, soit presque 17 pays au total. Tous ces pays utilisent le FCFA et selon qu’on se trouve dans une région, on vous parlera du FCFA Afrique de l’Ouest noté : XOF contrôlé par la BCEAO (Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest) et du FCFA de l’Afrique Centrale noté : XAF contrôlé par la BEAC (Banque des États de l’Afrique Centrale. Au sommet de ces banques centrales, vous trouverez comme Patron : La France. C’est la France qui définit la politique monétaire dans ces pays de la Zone FCFA.

Les gouverneurs qui y sont nommés ne sont que des pions de Damier qui exécutent ce que leurs patrons leur dictent. Et s’il vous plait, ce sont des jeunes Français âgés entre 30 et 45 ans qui viennent définir la politique monétaire en Afrique. Vous remarquerez que ce sont les neveux des uns et des autres en France qui viennent souvent gronder nos Papa ici comme des petits enfants. En Principe, le XOF devrait être égal au XAF, mais vous savez ce qui ce passe ? Ils ont tellement mangé les consciences des Africains francophones, tel qu’aujourd’hui, lorsqu’un Tchadien se retrouve en Côte d’Ivoire avec son XAF, il ne peut l’utiliser dans aucun super marché, dans aucune boutique et pour échanger ses XAF en XOF, il va perdre 10% de ce montant, c’est-à-dire 10000 XAF vont devenir 9000 XOF et vice versa. Surprenant n’est-ce-pas ?

Comment fonctionnent les banques dans ces deux Zones ?

Les banques dites commerciales jouent un rôle fondamental : elles collectent l’épargne et font des crédits, en servant d’intermédiaire entre les agents disposant de capacité de financement et ceux connaissant des besoins de financement. Ces banques devraient en principe aussi faciliter les opérations de transferts, virements d’une personne à un autre client de la même banque ou de banques différentes mais aussi d’un pays à un autre ou d’un continent à un autre.

Principe de fonctionnement des virements bancaires.

  1. Virement compte à compte dans la même banque. Selon que vous soyez client de la même banque, lorsque vous effectuez un virement de votre compte au compte de votre bénéficiaire, l’argent est débité de votre compte pour le compte de votre partenaire. On appelle virement interne, ce n’est qu’un jeu d’écriture parceque l’argent en lui-même n’étant qu’une écriture, généralement, on appelle ce phénomène : écriture bancaire. Plus explicitement, votre gestionnaire va soustraire en écriture le montant du virement de votre compte et va dans le compte de votre bénéficiaire ajouter une écriture (un – chez vous et un + chez lui) et le virement est fait. Contrairement à ce que beaucoup pensent, aucun client n’a un coffre-fort particulier dans une banque tel qu’on portera l’argent de votre coffre pour aller le déposer dans le coffre de l’autre. A ce niveau de virement, ce n’est que votre banque seule qui intervient.
  2. Virement de votre banque vers une autre banque dans le même pays. A ce niveau, un nouveau mot entre en jeu : la compensation. Vous voulez faire un virement de votre banque X (Afriland First Bank puisque c’est eux qui sont d’actualité ces jours) pour une autre banque Y (UBA). Votre gestionnaire va faire la même opération, c’est-à-dire entrer dans votre compte et mettre un – et vous recevrez un sms vous informant que votre compte a été débité de X montant. Cet argent ira dans le coffre-fort de votre banque. Puisque chaque banque commerciale a un compte dans sa banque Centrale (BEAC), alors votre banque va demander à la BEAC de débiter son compte pour créditer le compte de la banque de votre bénéficiaire et la banque de votre bénéficiaire va créditer votre compte. Voilà pourquoi ce type de transactions généralement dure entre 48 et 72h réglementaire dans le même pays. Et si le virement est fait dans un autre pays mais dans la même zone monétaire, ce mouvement peut durer jusqu’à 7 jours ouvrables parcequ’il y a un intermédiaire qui doit entrer en jeu : la BEAC et cette opération vous coûtera quelques frais parcequ’il faut rémunérer la BEAC.Vous constatez que l’argent ne sort jamais de votre banque ni de votre zone.
  3. Si le virement est fait de votre banque X vers votre bénéficiaire ou fournisseur en Chine par exemple, dans la banque Y, voici ce qui se passe : Votre gestionnaire comme toujours, va débiter votre compte avec un (-) et l’argent sera viré dans le compte mère de votre banque et votre banque va déposer cet argent dans son compte à la BEAC. Votre banque dira ensuite à la BEAC qu’elle a une opération à faire en Chine par exemple de 10 000 000FCFA. Alors la BEAC qui a aussi un compte à la Banque Française puisque c’est la France seule qui compense le FCFA, va demander à son gestionnaire de cette banque de débiter son compte de 10 000 000Frs soit 15 000 Euro. Puisque le Chinois n’accepte pas le FCFA, alors il faut faire une compensation en Euro, donc le gestionnaire de la banque de la BEAC va donc mettre un (-) dans le compte de la BEAC et va créditer le compte de la banque nationale de Chine l’équivalent de la BEAC. Celle-ci (la banque nationale de Chine) va convertir les Euro en Yuen et va créditer le compte de la banque de votre fournisseur et ce dernier va enfin recevoir votre argent et vous livrer votre matériel commandé.

QUESTION

Qu’est ce qui s’est passé ?Votre argent n’est jamais sorti du Tchad ou de votre pays, il est resté dans votre banque centrale donc la BEAC si vous êtes en Afrique Centrale ou la BCEAO si vous êtes en Afrique de l’Ouest. La France qui doit faire la compensation a le contrôle sur le matériel que vous voulez acheter en Chine. Si ce matériel consiste à développer votre pays, alors elle va rejeter la transaction et on vous dira que la transaction n’est pas passée pour faute de pièces. Pendant ce temps, votre banque vous a fait attendre au moins 3 mois pour cette opération. La banque de France, pour faire cette compensation lorsque celle-ci passe, débite certains frais et c’est vous qui payez. Si le compte de la BEAC avait un montant en devise de 100 000 Euro par exemple, alors il va rester 85 000 Euro, donc si 10 personnes comme vous font la même opération en 1 mois, le compte de la BEAC en France va passer en débit et c’est ce qui généralement cause la dévalution du FCFA, l’augmentation des prix des denrées etc…

Puisque pour renflouer ce compte de la BEAC en France, il faut que les Africains exportent plus qu’ils n’importent, il se trouve que c’est le contraire qui est fait. Pire encore après la grosse crise financière qui vient de passer appelée crise sanitaire COVID 19, c’est la catastrophe. Vous comprenez donc pourquoi tout a augmenté depuis un certain temps. Le FCFA a été dévalué sans que personne ne sache, accusant l’intervention de la Russie en Ukraine. Les mois qui arrivent seront encore pires si les Africains n’adoptent pas en masse les Crypto monnaies.

Que se passerait-il si la même transaction entre le Tchad et la Chine était faite en crypto monnaie ? Pourquoi la France et les autres grands pays colonisateurs ont-ils peur de l’adoption massive des crypto monnaies en Afrique ? Pourquoi cette adoption ne fait-elle pas peur à la Russie? Quel est le jeu trouble que la Russie va mener dans ce style d’opération ? Nous vous reviendrons dans un prochain article. Cliquez ici:

👇👇👇👇

https://t.me/RussAfrikinfos

pour rejoindre notre groupe de débat politique dans télegram pour tout comprendre. Au 21e siècle, l’Afrique ne sera plus délaissée.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Les principales déclarations de l’ambassadeur de Russie aux États-Unis, Anatoly Antonov dans une interview avec Newsweek 

LA REDACTION

Officiel : L’Éthiopie devient exportatrice de blé

LA REDACTION

Les sanctions de l’UE contre la Russie constituent « un pas vers la guerre », juge le premier ministre hongrois, Victor Orban

LA REDACTION

COMMENTER