Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLESPOLITIQUE

Prendre le président russe au sérieux serait un signe de « sagesse politique », Angela Merkel aux Occidentaux

Image 1 Image 2

Prendre le président russe au sérieux serait un signe de « sagesse politique », Angela Merkel aux Occidentaux

L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi que les pays occidentaux devaient prendre au sérieux le président russe Vladimir Poutine et ses déclarations. L’ancienne chancelière Angela Merkel s’exprimait le 27 septembre à Berlin lors de la soirée d’inauguration de la fondation Helmut Kohl.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégramme

Ici httpshttps://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

S’exprimant à l’ouverture de la nouvelle Fondation Helmut Kohm, Merkel a souligné l’importance de prendre en compte les paroles de la Russie. « Ne pas les rejeter comme un bluff, mais les prendre au sérieux n’est nullement un signe de faiblesse, mais un signe de sagesse politique qui aide à préserver une marge de manœuvre, ou, ce qui n’est pas moins important, même pour en développer une nouvelle. »
M. Poutine a ordonné la première mobilisation militaire de la Russie depuis la Seconde Guerre mondiale, avertissant l’Occident que s’il poursuivait ce qu’il appelle son « chantage nucléaire », Moscou répondrait avec la puissance de son vaste arsenal. Selon RT, les remarques de Merkel sont intervenues après que le dirigeant russe a lancé un avertissement à l’Occident la semaine dernière, notant que ceux qui utilisent le chantage nucléaire contre Moscou « doivent savoir que la rose des vents peut tourner ».
Selon Mme Merkel, il aurait « tout mis en œuvre pour protéger et restaurer la souveraineté et l’intégrité de l’Ukraine », alors que Kiev cherche à repousser les troupes russes. Toutefois, elle a ajouté que M. Kohl se tournerait vers « le jour d’après » et garderait l’esprit ouvert sur une chose « inimaginable » aujourd’hui, à savoir « comment les relations avec la Russie pourraient un jour être redéveloppées » après la fin du conflit.
Des déclarations similaires ont été faites au Royaume-Uni, où la ministre britannique des affaires étrangères, Gillian Keegan, a déclaré que le discours de Poutine constituait une escalade inquiétante et que les menaces qu’il proférait devaient être prises au sérieux. « Il s’agit clairement de quelque chose que nous devons prendre très au sérieux car, vous savez, nous ne contrôlons pas la situation – je ne suis pas sûre qu’il la contrôle non plus, vraiment. Il s’agit manifestement d’une escalade », a déclaré M. Keegan.
« Cela fait froid dans le dos… C’est une menace sérieuse, mais qui a déjà été proférée auparavant », a-t-elle déclaré à la BBC dans une autre interview. « L’allocution globale était clairement un mensonge de plus de Poutine, c’était une réécriture de l’histoire », a déclaré Keegan.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

 

Image 1 Image 2

EN RELATION

Crise alimentaire et énergétique : le G7 pointé du doigt par le kremlin ; les détails

LA REDACTION

Une journaliste française licenciée et menacée après ses visites dans le Donbass

LA REDACTION

BRICS : Le Bangladesh fait une demande officielle pour rejoindre le groupe

LA REDACTION

COMMENTER