Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Réforme de Retraites : La presse internationale tire à boulet rouge sur “l’échec” et la “faiblesse” de Macron

Image 1 Image 2

Réforme de Retraites : La presse internationale tire à boulet rouge sur “l’échec” et la “faiblesse” de Macron

“Aveu de faiblesse”, “échec”, “pantalonnade”: la presse française fustige unanimement vendredi le recours à l’article 49.3 pour faire passer la réforme des retraites, et pointe du doigt Emmanuel Macron pour la crise politique et sociale qui menace.

La presse internationale n’est pas en reste, soulignant à l’instar du New York Times que “le conflit sur les retraites révèle un Macron affaibli et plus isolé”, ou de Die Zeit selon qui “cette réforme pèsera longtemps sur le pays”.

“Quel aveu de faiblesse!” s’exclame Jean-Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées.”Le gouvernement ne dispose pas d’une majorité absolue pour faire passer la réforme phare du quinquennat”, poursuit-il, estimant que “c’est une énorme crise politique qui s’annonce”.

“Gain politique zéro, coût social majeur. L’échec d’une tactique signe, qui plus est, la solitude criante du Président”, écrit Florence Chédotal dans La Montagne. “A présent, comment reprendre la main quand la mère des réformes se solde de la sorte?” se demande-t-elle, évoquant une “séquence désastreuse où s’épaissit le brouillard”.

“Le quinquennat d’Emmanuel Macron est-il déjà fini?”

“Emmanuel Macron s’est lui-même coincé dans une impasse politique”, constate Patrick Jankielewicz dans La Voix du Nord. “S’il fallait sauver la réforme des retraites, il n’y avait qu’une façon de le faire: il fallait aller jusqu’au vote. C’était bien sûr courir le risque d’être battu, mais en politique, il vaut parfois mieux tomber avec les honneurs que passer en force et sans gloire au risque de jeter de l’essence sur le brasier social”, poursuit-il.

“Une question domine déjà toutes les autres après cette journée historique: onze mois après son commencement, le quinquennat d’Emmanuel Macron est-il déjà fini?” s’interroge Maurice Bontinck dans La Charente Libre, pour qui l’usage du 49.3 “résonne comme un aveu de faiblesse de ce qu’il convient d’appeler aujourd’hui +la minorité présidentielle+”.

“Le goût de l’échec”, titre pour sa part Yves Thréard dans Le Figaro, qui estime également que “l’exécutif est plus que jamais affaibli”.

Même constat pour Christophe Lucet (Sud-Ouest), pour qui “c’est un tandem affaibli qui va devoir gérer l’après”. “La colère syndicale et populaire qui s’est intensifiée hier, après la séance avortée au palais Bourbon, est grosse de menaces. Avec, dans le pire des cas, un blocage prolongé du pays. Et sinon, une rancoeur qui trouvera d’autres motifs pour s’exprimer, bridant la volonté réformatrice du gouvernement”, met en garde l’éditorialiste.

Même inquiétude pour Libération, dont l’éditorial de Dov Alfon estime que “c’est dans l’instabilité que (la) réforme des retraites mal acquise pousse la France, sa démocratie et ses travailleurs”.

“Le Président pourrait sauver les meubles en annonçant que la loi sera abrogée après ce passage antidémocratique. Mais ce n’est pas son genre d’écouter les Français”, regrette-t-il.

“Y a-t-il encore un pilote dans l’avion élyséen, responsable et les pieds sur terre, pleinement conscient du chaos qu’il est en train d’installer dans son propre pays ?” s’interroge Olivier Biscaye (Midi Libre). “Emmanuel Macron voulait marquer l’Histoire, il vient de décrocher le pompon de la pantalonnade”, fustige-t-il.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Forum UNESCO : Paris refuse de délivrer des visas à des diplomates russes

LA REDACTION

Déploiement d’armes nucléaires russes en Biélorussie : Le chef du kremlin lève un coin de voile sur les dates

LA REDACTION

Guerre en Ukraine : voici le point complet de la défense russe en 24 heures

LA REDACTION

COMMENTER