Russafrik
ECONOMIE

Russie : comment la Chine maintient l’industrie lourde du pays

Image 1 Image 2

Russie : comment la Chine maintient l’industrie lourde du pays

Magnitogorsk, dans les montagnes de l’Oural, a été développée comme symbole de la puissance industrielle soviétique et de sa capacité à se moderniser économiquement. Aujourd’hui, une nouvelle usine de cokéfaction de 75 milliards de roubles (environ 840 millions de dollars) dans la ville sidérurgique est en construction par un géant chinois du génie et des centaines de travailleurs chinois.

Le contrat entre Magnitogorsk Iron & Steel Works PJSC, connue sous le nom de MMK, et la société d’État Sinosteel Engineering & Technology Co. a été signé avant l’offensive de la Russie en Ukraine et les liens entre les deux précèdent cet événement. Mais depuis que les ingénieurs et les ouvriers chinois ont commencé à arriver en grand nombre pour accélérer la construction l’année dernière, le projet a été salué par les autorités des deux côtés comme étant emblématique de liens plus étroits.

C’est un investissement important comparé à la plupart des activités chinoises passées en Russie, Magnitogorsk n’est qu’un exemple parmi des dizaines d’autres à travers le pays où les ingénieurs et les machines chinois maintiennent en vie l’industrie lourde russe. Une tendance qui doit beaucoup au savoir-faire technologique de la Chine, mais aussi à la surcapacité intérieure et au besoin urgent de Moscou de continuer à produire le fer et l’acier nécessaires à son économie de guerre. Avec peu d’options pour la Russie, les liens se renforcent.

Au-delà des monts Oural, la plus grande société minière du pays, MMC Norilsk Nickel PJSC, s’est tournée vers la Chine pour obtenir de l’aide dans le cadre d’une opération de capture des émissions de dioxyde de soufre après le retrait des entrepreneurs européens en 2022, le projet étant toujours incomplet. Le sidérurgiste Severstal PJSC vient de signer un contrat avec un fournisseur chinois d’équipements pour une usine de traitement de minerai de fer d’une valeur de près de 1 milliard de dollars.

Les pelleteuses et les camions-bennes chinois prennent une part croissante du marché. Pendant ce temps, les deux principaux prestataires de services métallurgiques chinois ont signalé une croissance significative à l’étranger. Metallurgical Corp. of China Ltd. a déclaré que la valeur des nouveaux contrats signés à l’étranger en 2023 s’élevait à 63 milliards de yuans (8,8 milliards de dollars), soit une augmentation de plus de 43 % par rapport à l’année précédente, y compris un contrat pour construire une ligne de production pour le géant de l’aluminium United Co. Rusal International PJSC. Sinosteel Engineering & Technology Co. souhaite également augmenter sa part de marché en Russie et dans les pays voisins, entre autres.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Vladimir Poutine au sujet de l’usage des cryptos en Afrique : “Il faudra les encadrer comme l’a fait la Centrafrique”

L’équipe de rédaction

615 BITCOINS AU MOIS D’OCTOBRE – CE GÉANT DU MINAGE DE BTC NE CONNAIT PAS L’HIVER CRYPTO

Russie : le Forum Economique International de Saint-Pétersbourg se tient du 15 au 18 juin 2022

COMMENTER