Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Sabotage des Nord Stream : la Russie pourrait soulever le sujet de l’indemnisation des dommages

Image 1 Image 2

Sabotage des Nord Stream : la Russie pourrait soulever le sujet de l’indemnisation des dommages

La Russie pourrait soulever le sujet de l’indemnisation des dommages suite aux explosions sur les gazoducs sous-marins Nord Stream, a fait savoir auprès de Sputnik un diplomate russe. Pour le Kremlin qui réclame une enquête internationale, c’est une demande “légitime” qui devrait faire suite à l’identification des coupables.

La Russie n’exclut pas la possibilité “de soulever ultérieurement la question de l’indemnisation des dommages” suite aux explosions sur les gazoducs Nord Stream, a fait savoir auprès de Sputnik Dmitri Biritchevski, directeur du département de coopération économique du ministère russe des Affaires étrangères.

Les pays occidentaux font semblant de ne pas remarquer le projet russe de résolution du Conseil de sécurité de l’Onu, demandant une enquête internationale indépendante, a indiqué le diplomate.

“Malgré cela, nous avons l’intention de continuer à insister sur une enquête internationale complète et ouverte avec la participation obligatoire de la Russie”, a-t-il poursuivi.

Concernant le sort des gazoducs, “à l’étape actuelle, il est difficile” d’en parler, selon Dmitri Biritchevski. Même si “selon des estimations des spécialistes, les tuyaux endommagés peuvent être restaurés”, “il faut des conditions politiques et économiques préalables”.

Cette déclaration a été faite à l’approche du vote au Conseil de sécurité de l’Onu d’un projet de résolution rédigé par la Russie et la Chine. Le projet, qui sera présenté le 27 mars, propose de créer une commission internationale pour enquêter sur tous les aspects de ce sabotage.

Dans la journée, le porte-parole de Vladimir Poutine a estimé que la question de l’indemnisation des dommages serait “légitime” mais qu’il faut d’abord identifier les responsables.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Les explosions

Le 26 septembre, des explosions ont touché les gazoducs Nord Stream 1 et 2, en mer Baltique. Depuis déjà 6 mois, les pays frontaliers, à savoir la Suède, le Danemark, les Pays-Bas et l’Allemagne, mènent leurs propres enquêtes.

Le 31 octobre, Vladimir Poutine a annoncé que Gazprom, société d’État russe, actionnaire majoritaire de l’opérateur des conduites, avait été autorisé à inspecter le site de l’explosion et le chef du groupe lui a rendu compte de l’inspection. Le Président russe a déclaré que les explosions sont un acte de terrorisme évident.

Les versions

Les enquêtes n’ont pas encore débouché pour identifier les auteurs du sabotage, les médias multipliant leurs versions. Ainsi, en février, le journaliste américain Seymour Hersh, qui avait mené sa propre enquête sur l’affaire, avait affirmé que des plongeurs de l’US Navy avaient posé des explosifs sur les conduites de gaz pendant les exercices Baltops 2022 de l’Otan, l’été dernier. L’opération s’est tenue, selon le journaliste, avec le concours de spécialistes norvégiens, qui ont actionné les engins explosifs plus tard. Fin mars, Seymour Hersh a avancé que la décision de faire exploser les gazoducs aurait été prise par Joe Biden.

Toujours en mars, le New York Times a affirmé que le sabotage pourrait avoir été perpétré par “un groupe pro-ukrainien”. De plus, le journal allemand Die Zeit a affirmé qu’un yacht loué à une société basée en Pologne, apparemment détenue par deux Ukrainiens, avait été utilisé pour faire sauter les gazoducs. Ces versions ont été rejetées par l’Ukraine, la Russie et nombre d’analystes et hommes politiques. Beaucoup les ont jugées peu probables, relayées plutôt dans le but de détourner l’attention des révélations de Seymour Hersh.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Israël rappelle en urgence son ambassadeur en Afrique du Sud ; les raisons

LA REDACTION

Why Watson data platform can be the iTunes for your Big Data

admin4231

Etats-Unis : Joe Biden visé par une enquête en destitution

LA REDACTION

COMMENTER