Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Gestion calamiteuse de la réforme des retraites en France : Emmanuel  Macron face aux motions de censure, doit démissionner

Image 1 Image 2

Gestion calamiteuse de la réforme des retraites en France : Emmanuel  Macron face aux motions de censure, doit démissionner

 À l’heure où le pays vacille au bord des troubles civils, ce verdict résonne comme une sombre prémonition. Les démons de la France sont de retour, et ils harcèlent le pays. Emmanuel  Macron doit démissionner

La colère et l’incompréhension mutuelle suscitées par la réforme de l’âge de la retraite proposée par le président Emmanuel Macron montrent à quel point les deux factions se sont dangereusement polarisées. Le gouvernement affirme que le report de l’âge de la retraite de 62 à 64 ans est vital pour préserver le système français de “répartition”, très prisé, qui repose sur une caisse unique à laquelle les travailleurs cotisent et dont les retraités tirent parti.

 Avec l’allongement de la durée de vie, les seules alternatives seraient de réduire le montant des pensions ou d’augmenter les cotisations des actifs. Et ces deux options seraient encore plus impopulaires. De plus, selon le président, la France ne fait que s’aligner sur toutes les autres démocraties européennes, dont la plupart ont un âge de départ à la retraite encore plus élevé que les 64 ans proposé. Mais rien de tout cela ne semble avoir convaincu l’opinion publique, qui continue de rejeter la réforme par une marge d’environ 70 % contre 30%. La semaine dernière, le Premier ministre Élisabeth Borne s’est adressé à l’Assemblée nationale sous les huées et aux cris de “Démission”.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

 Au lieu de cela, les gens semblent plus enclins à croire les arguments de la gauche et de l’extrême droite : d’abord qu’il n’y a pas d’urgence parce que les finances des retraites ne sont pas aussi mauvaises qu’on le dit, mais aussi que c’est injuste.

D’un côté, de nombreux manifestants demandent non seulement l’arrêt de la réforme, mais aussi l’abaissement de l’âge de la retraite, pour revenir à ce qu’il était avant 2010, c’est-à-dire 60 ans.

D’autre part, des voix de droite affirment que le plan Macron est déjà tellement truffé de concessions et d’exemptions, arrachées sous la pression au cours du long processus parlementaire, que les économies qu’il permettra de réaliser n’ont pratiquement plus de sens.

Dans une démocratie qui fonctionne, les arguments opposés trouveraient certainement une forme de compromis. Après tout, une majorité de la population, tout en rejetant le plan Macron, reconnaît également qu’une réforme des retraites est nécessaire.

Voici pourquoi la France fait face à tant de colère en Afrique de l’Ouest

La confiance dans la politique conventionnelle et le système parlementaire est en fait au plus bas. Comment expliquer autrement l’effondrement des gaullistes et des socialistes, qui ont dirigé la France pendant un demi-siècle, et la montée de l’extrême droite et de l’extrême gauche ? Le président Macron a encouragé la mort de l’ancien régime, cet ordre ancien qu’il a exploité pour se poser en modéré solitaire, piochant des éléments sensés dans les programmes de la gauche et de la droite.

 L’incapacité du président Macron à obtenir une majorité parlementaire lors des élections de l’année dernière signifie qu’il aura du mal à mettre en œuvre des réformes majeures. Il avait beau être hyper-intelligent et hyper-rigide, la France ne l’a jamais aimé et il a été élu, deux fois, par défaut. Parce que l’alternative, Marine Le Pen, était inacceptable pour la plupart des gens. En éliminant l’opposition modérée, il a rendu l’opposition extrême.Lors des élections législatives de l’année dernière, il n’a pas réussi à obtenir une majorité, ce qui a rendu inévitable le recours, jeudi dernier, à la force majeure constitutionnelle connue sous le nom de 49:3 pour faire passer la loi.

Entre-temps, la teneur du débat public s’est progressivement dégradée.

La gauche a déposé des milliers d’amendements au projet de loi sur les pensions, rendant impossible son adoption conventionnelle. Les opposants ont qualifié de “brutale” et d'”inhumaine” une réforme qui, dans d’autres pays, aurait semblé parfaitement anodine.

 Un député de gauche a posé devant l’Assemblée, le pied sur un ballon peint avec la tête du ministre du travail ; craignant la violence de la foule, une des principales députées pro-Macron a demandé vendredi une protection policière pour ses collègues.

Des milliers de tonnes de déchets ne sont pas ramassés à Paris alors que les éboueurs sont en grève pour la deuxième semaine.

Des scènes de pillage et de violence urbaine, des collines d’ordures en décomposition dans les rues de Paris et d’autres villes françaises, et la promesse de nouvelles grèves paralysantes à venir, telle est l’atmosphère peu réjouissante qui règne alors que le pays entre dans la prochaine phase cruciale de la crise.

Suite à l’invocation par le président de la procédure 49:3, les partis d’opposition ont déposé deux motions de censure contre le gouvernement qui seront débattues cette semaine. En théorie, l’adoption de l’une d’entre elles entraînerait la chute du gouvernement et la tenue éventuelle d’élections anticipées.

En pratique, même la motion dite “transpartisane” déposée par un groupe parlementaire centriste – censé être plus à même de créer un consensus entre l’extrême-gauche et l’extrême-droite, mutuellement hostiles – n’aurait que peu de chances d’être adoptée.

Si les motions échouent, l’opposition peut continuer à combattre la réforme par d’autres moyens : par exemple en saisissant le Conseil constitutionnel, qui statue sur la constitutionnalité des nouvelles lois, ou en essayant d’organiser un référendum.

Le gouvernement espère que la réalité finira par s’imposer et que la plupart des gens accepteront l’inévitable avec découragement.

Il est fort possible qu’une victime sacrificielle doive être désignée, sans doute sous la forme du Premier ministre Élisabeth Borne. Mais pour l’instant, l’ambiance est trop moche pour cela.

Dans l’immédiat, à chaque dépôt d’essence bloqué, à chaque poubelle non ramassée et à chaque fenêtre brisée correspondra le refrain suivant : “Blame 49:3. Blame Macron.”

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Donald Trump : L’ancien président des États-Unis lance sa ligne de basket

LA REDACTION

Voici la nouvelle arme de Poutine qui traumatise les Occidentaux

LA REDACTION

Russie : le Parlement adopte une loi sur la dénonciation de l’accord avec l’Ukraine relatif à la mer d’Azov

LA REDACTION

COMMENTER