Russafrik
Politics

 Suisse : le Parlement vote l’interdiction des symboles extrémistes

Image 1 Image 2

 Suisse : le Parlement vote l’interdiction des symboles extrémistes

Les symboles extrémistes, notamment nazis, jusqu’alors tolérés dans l’espace public en Suisse s’ils n’avaient pas pour but d’inciter à la haine, mais d’exprimer une opinion personnelle, ont été interdits ce mercredi 17 mars par le Parlement.

La chambre basse, le Conseil national, a voté par 133 voix contre 38 en faveur de la prohibition de l’affichage des images à caractère extrémiste, incitant à la violence et racistes. Une telle mesure avait déjà été adoptée en décembre par le Conseil des États, la chambre haute.

La Suisse, qui est restée neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, a subi des pressions pour s’aligner sur un certain nombre d’autres pays européens en interdisant les symboles nazis, à l’instar de l’Allemagne, de la Pologne et de plusieurs autres États d’Europe de l’Est, où cette interdiction est totale. Cela concerne également les gestes, les paroles, les salutations ou les drapeaux.

Drapeau SS « sur le pare-brise »

Le Conseil national a aussi voté par 132 voix contre 40 pour que cette nouvelle législation soit introduite par étapes, une démarche soutenue par le gouvernement. La proscription des symboles nazis, facilement identifiables, pourrait en effet être rapidement mise en œuvre, tandis que d’autres symboles racistes et extrémistes pourraient être identifiés et interdits ultérieurement.

« Nous ne voulons pas de croix gammée ou de salut hitlérien dans notre pays, jamais ! », a lancé le député écologiste Raphaël Mahaim, selon lequel « il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de bonnes raisons d’arborer une croix gammée ou un autre symbole de l’idéologie nazie, à l’origine des pages les plus sombres de l’histoire de l’humanité ».

« Aujourd’hui, en Suisse, il est possible, il est même permis de déployer un drapeau avec une croix gammée sur son balcon. Il est possible de mettre un drapeau à l’effigie des SS sur le pare-brise de sa voiture. Il est possible de faire le salut hitlérien dans l’espace public », a-t-il ajouté.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Fonds étrangers, dons, impôts et cryptomonnaies : que sait-on du financement du Hamas ?

LA REDACTION

Guerre en Ukraine : le pape François appelle Zelensky à avoir «le courage de négocier»

LA REDACTION

Aut recusandae commodi fugiat, iste vero dolore!

Rédacteur

COMMENTER