Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Attaque du barrage hydroélectrique de Kakhovka : La Russie réfute les accusations et met en garde

Image 1 Image 2

Attaque du barrage hydroélectrique de Kakhovka : La Russie réfute les accusations et met en garde

Le barrage hydroélectrique de Kakhovka a subi de lourds dégâts ce 6 juin, l’eau s’écoule de manière incontrôlée en aval, ce qui risque d’entraîner des inondations et des coupures d’électricité. Les médias occidentaux ont accusé Moscou d’être à l’origine de l’attaque. Mais ces allégations ont-elles un sens?

De multiples bombardements de Kiev ont provoqué la destruction de la partie supérieure du barrage hydroélectrique de Kakhovka dans la nouvelle région russe de de Kherson.

Pourquoi la centrale de Kakhovka est-elle importante?

La centrale hydroélectrique de Kakhovka a été construite sur le Dniepr en 1956. En plus de produire de l’électricité, la centrale et son barrage ont servi à créer le réservoir de Kakhovka, long de 240 km, d’une superficie de plus de 2.150 kilomètres carrés, qui contient 18,2 milliards de mètres cube d’eau douce.

Il alimente les régions de Kherson, de Zaporojié et de Dniepropetrovsk (de Dniepr en ukrainien), régulant le débit d’eau le long du Dniepr. Il prévient les inondations et fournit de l’eau douce aux canaux de Crimée du Nord, de Kakhovka et de Dniepr-Krivoï Rog.

Le réservoir de Kakhovka alimente aussi les mines, les usines et les localités voisines, fournit de l’eau pour l’agriculture et, surtout, assure l’approvisionnement en eau du réservoir de refroidissement de la centrale nucléaire de Zaporojié.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Qui avait le contrôle de cet endroit?

La Russie a pris le contrôle de la centrale de Kakhovka le jour où Moscou a lancé son opération militaire spéciale en Ukraine le 24 février 2022, signalant son importance stratégique.

Les troupes ukrainiennes ont presque immédiatement commencé à bombarder les zones autour de la centrale et son barrage en utilisant l’artillerie à longue portée, des missiles et roquettes, y compris Totchka-U et HIMARS livrés par l’Occident. Elles ont également bombardé la ville de Novaïa Kakhovka, située à proximité de la centrale, tuant et blessant des dizaines de résidents locaux.

Selon Alexeï Podberezkine, directeur du Centre d’études militaro-politique affilié à l’Institut des relations internationales de Moscou (MGIMO), ces frappes font partie de la campagne ukrainienne visant à détruire le Donbass, sa population et ses infrastructures civiles qui se déroule depuis 2014.

“Le barrage a été bombardé plus d’une fois. Nos militaires, y compris les forces stationnées là-bas, ont fait de leur mieux pour l’empêcher. Mais lorsque l’autre partie a commencé à tirer avec des systèmes de 300 mm, qui ont été utilisés contre ce barrage, rien de plus ne pouvait être fait ici. Les forces armées ukrainiennes s’efforcent depuis longtemps de faire sauter le barra.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

 Grèce : un an après le terrible accident de train, l’émotion et la quête de justice

LA REDACTION

Guerre en Ukraine : Moscou convoque le Conseil de sécurité de l’ONU pour évoquer les livraisons d’armes à Kiev

LA REDACTION

Fourniture des avions de combat F-16 à l’Ukraine : La Russie durcit le ton et menace

LA REDACTION

COMMENTER