Russafrik
POLITIQUE

« Ça n’a pas été une surprise », Angela Merkel admet avoir vu venir le conflit en Ukraine

Image 1 Image 2

« Ça n’a pas été une surprise », Angela Merkel admet avoir vu venir le conflit en Ukraine

Le refus de certains pays de créer un nouveau format européen pour négocier avec la Russie en 2021 a été parmi les facteurs ayant poussé Moscou à lancer son opération militaire spéciale dans le Donbass, estime l’ex-chancelière allemande dans un entretien au Spiegel. Angela Merkel regrette de ne pas avoir été écoutée.

Tous les dirigeants européens n’ont pas été pris au dépourvu par le conflit en Ukraine et certains l’ont même vu venir de loin. Angela Merkel a ainsi déclaré au Spiegel que ce dénouement était prévisible, au vu notamment du non-respect des accords de Kiev. L’ex-chancelière allemande ajoute n’avoir pas pu peser sur les débats européens, son départ étant déjà acté.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

« Ça n’a pas été une surprise. Les accords de Minsk ont “été vidés de leur substance. À l’été 2021, après la rencontre des Présidents russe et américain, j’ai voulu créer à nouveau un format européen séparé, pour les négociations avec Poutine […]. Certains s’y sont opposés, et je n’avais plus la force d’insister, car tout le monde savait que je devais quitter mon poste à l’automne », a-t-elle ainsi déclaré.

La chancelière allemande ajoute qu’elle aurait continué à négocier au niveau européen, si elle avait été réélue. Elle ne regrette cependant pas de s’être retirée, admettant que de nouvelles personnalités et de nouvelles approches étaient nécessaires pour résoudre les problèmes actuels.
Durant son dernier mandat, les blocages n’ont pas su être dépassés sur le dossier ukrainien, mais également du côté de la Transnistrie, de la Moldavie, de la Syrie ou de Libye, a encore admis Angela Merkel.

Pas de regrets sur le gaz russe
Angela Merkel avait tiré sa révérence en décembre 2021, après 16 ans passés à la tête de l’Allemagne. Ces derniers mois de mandat avaient été marqués par la montée des tensions entre Moscou et Kiev.
Après son départ, certains avaient critiqué l’ancienne chancelière pour sa politique énergétique vis-à-vis de la Russie. L’ex-dirigeante avait répondu ne pas regretter ses achats de gaz russes, celui-ci étant moins cher que le gaz naturel liquéfié (GNL).

Celle qu’on surnommait parfois “Mutti” en Allemagne (“Maman”) s’était aussi opposée à l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan, comme l’a récemment rappelé son ancien homologue français, Nicolas Sarkozy.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Massacre de civils en RDC : Moscou s’en mêle et condamne fermement les massacres

La Cour constitutionnelle albanaise valide l’accord migratoire avec l’Italie

LA REDACTION

Russie : “En plus des réservistes, il existe un “état-major colossal”(…) et des compétences d’armes”, selon le chef de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov.

LA REDACTION

COMMENTER