Russafrik
POLITIQUE

Conférence annuelle de Poutine : Voici ce qu’il faut retenir

Poutine
Image 1 Image 2

Conférence annuelle de Poutine : Voici ce qu’il faut retenir

Poutine

Vladimir Poutine a tenu ce 14 décembre une conférence de presse télévisée, séance marathon de questions-réponses de quatre heures avec des journalistes et des citoyens. Au total, le chef de l’Etat a répondu à 67 questions.

L’économie russe se porte bien

La croissance économique en 2023 est attendue à 3,5%, et “la chute de l’année dernière prend sa revanche”, a-t-il souligné.

La force de l’économie russe est “suffisante pour non seulement se sentir en confiance, mais aussi pour avancer”.

La production industrielle en Russie est en hausse, le système bancaire est stable.

Le taux de chômage est tombé à 2,9%, niveau jamais produit dans l’histoire du pays;

L’inflation en Russie pourrait s’accélérer jusqu’à 8% d’ici la fin de l’année, mais les autorités prennent des mesures pour la maîtriser;

La dette publique extérieure russe a diminué, passant de 46 milliards de dollars à 32 milliards de dollars, et les entreprises privées remboursent également leurs dettes à un rythme soutenu.

Les objectifs de l’opération militaire en Ukraine

“La paix régnera lorsque nous aurons atteint nos objectifs”, qui “ne changent pas”, a indiqué le chef du Kremlin.

Le Président russe a qualifié le conflit avec l’Ukraine de “guerre civile entre frères”. “La volonté effrénée de l’Otan de se rapprocher de nos frontières a conduit aux tragédies que nous vivons actuellement”, selon lui.
La question de la dénazification est toujours d’actualité.

Kiev ne veut pas parvenir à un accord de paix, la Russie est obligée de prendre d’autres mesures.

Depuis le début de la contre-offensive ukrainienne, la Russie a détruit 747 chars et 2.300 véhicules blindés des forces armées ukrainiennes.

Kiev pousse ses soldats à l’extermination, l’armée ukrainienne elle-même affirme que c’est une route à sens unique.

Au total, il y a 617.000 militaires russes au front, dont 244.000 mobilisés.

“Je suis sûr que la victoire sera à nous”, a-t-il résumé.

Les États-Unis mènent une “politique impériale”, l’UE n’est pas autonome

La normalisation des relations avec l’UE et l’Occident en général ne dépend pas seulement de la Russie. Ce n’est pas Moscou qui a gâché les relations avec l’Occident, a-t-il rappelé.

L’Union européenne a considérablement perdu de son indépendance et prend des décisions à son propre détriment. Ainsi, plusieurs dirigeants européens se posent en tant que général de Gaulle, mais en pratique réalisent la politique du maréchal Pétain, qui collaborait avec les nazis pendant la Seconde guerre mondiale.

“Quant aux États-Unis, nous sommes prêts à nouer des relations avec eux. Nous pensons que les États-Unis sont un pays important et nécessaire dans le monde, mais cette politique impériale, absolument impériale, leur fait obstacle. Même pour nous”, a-t-il dit.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Sergueï Lavrov : « Les Etats-Unis sont des opportunistes, ils sont les premiers intéressés par la crise ukrainienne »

Blé ukrainien : voici les principaux bénéficiaires de l’accord céréalier

LA REDACTION

Pour la première fois depuis neuf ans, les présidents Al-Sissi et el-Assad se sont parlés ; les détails 

LA REDACTION

COMMENTER