Russafrik
INVESTIGATION

Guerre russo-ukrainienne : Amnesty International accuse l’armée ukrainienne d’avoir mis en danger des civils

Image 1 Image 2

Guerre russo-ukrainienne : Amnesty International accuse l’armée ukrainienne d’avoir mis en danger des civils

Amnesty international accuse l’armée ukrainienne de mise en danger des civils dans la guerre en cours contre la Russie. L’ONG met en cause l’établissement des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et le lancement des attaques depuis des zones peuplées pour repousser l’invasion russe.

Entre avril et juillet, des chercheurs d’Amnesty International ont enquêté sur les frappes russes dans les régions de Kharkiv (à l’Est), du Donbass et de Mykolaïv (au Sud-Est), inspectant les sites touchés par des frappes et interrogeant des rescapés, des témoins et des proches de victimes.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe telegram d’information en temps réel,

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Selon l’ONG, ces chercheurs ont trouvé des preuves que les forces ukrainiennes lançaient des frappes à partir de zones résidentielles peuplées et avaient établi des bases dans des bâtiments civils dans 19 villes et villages de ces régions.

La plupart des zones résidentielles où se trouvaient les soldats étaient situées à des kilomètres des lignes de front, note Amnesty, soulignant que d’autres options qui n’auraient pas mis en danger les civils – comme des bases militaires ou des zones densément boisées à proximité – étaient possibles.

L’ONG indique qu’à sa connaissance, les soldats qui se sont installés dans ces zones d’habitation n’ont pas demandé aux civils d’évacuer. Elle affirme que les forces ukrainiennes ont établi des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux, des tactiques violent le droit international humanitaire, avertit l’ONG dans un communiqué.

« Nous avons documenté une tendance des forces ukrainiennes à mettre en danger les civils et à violer les lois de la guerre lorsqu’elles opèrent dans des zones peuplées », déclare Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International. « Le fait de se trouver dans une position de défense ne dispense pas l’armée ukrainienne de respecter le droit international humanitaire », ajoute-t-elle.

Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, affirme jeudi dans une vidéo publiée sur Facebook être « indigné » par les accusations « injustes » de l’ONG Amnesty International. Dmytro Kouleba accuse en retour Amnesty International de « créer un faux équilibre entre l’oppresseur et la victime, entre le pays qui détruit des centaines et des milliers de civils, de villes, de territoires et le pays qui se défend désespérément ».

Image 1 Image 2

EN RELATION

Voici ce qu’il faut savoir sur la mine antipersonnel Lepestok utilisée par Kiev contre des civils

LA REDACTION

Now, More Than Ever, You Need To Find A Good Travel Agent

admin4231

An entrepreneur shares 20 tips for traveling for free

admin4231

COMMENTER