Russafrik
POLITIQUE

 Hongrie : la présidente Katalin Novak démissionne après le scandale provoqué par une grâce

Image 1 Image 2

 Hongrie : la présidente Katalin Novak démissionne après le scandale provoqué par une grâce


La présidente hongroise Katalin Novak, une proche du Premier ministre Viktor Orban, a démissionné ce samedi 10 février après l’indignation provoquée par sa décision de gracier un condamné impliqué dans une affaire de pédocriminalité.

Le magazine Forbes l’avait présentée l’année dernière comme la femme la plus influente de la vie publique en Hongrie. Deux ans après être devenue la première présidente du pays, Katalin Novak a annoncé ce samedi sa démission. « J’ai commis une erreur », a reconnu l’intéressée dans une allocution retransmise par la télévision nationale. « Aujourd’hui, c’est le dernier jour où je m’adresse à vous en tant que présidente ».

La polémique a été provoquée par le pardon accordé en avril 2023, à l’occasion de la visite du pape François à Budapest, à un ancien directeur adjoint d’un foyer pour enfants, condamné en 2022 à plus de trois ans de prison pour avoir couvert les agressions sexuelles sur mineurs dont se serait rendu coupable son supérieur. Depuis la révélation de cette décision la semaine dernière par le site d’investigation 444, le scandale ne cessait de monter. Des milliers de manifestants s’étaient rassemblés vendredi soir devant le palais présidentiel et trois des conseillers présidentiels avaient quitté leur poste.

« La grâce accordée et le manque d’explications ont pu susciter des doutes concernant la tolérance zéro en matière de pédophilie. Or il ne peut y avoir de doute à ce sujet », a souligné la responsable de 46 ans, avant de présenter ses « excuses » à ceux qu’elle a pu blesser.

 Quasiment au même moment, Judit Varga, une autre alliée du Premier ministre Viktor Orban, a annoncé son « retrait de la vie publique » pour avoir donné son aval en tant que ministre de la Justice – un poste qu’elle avait quitté cet été pour mener la campagne des européennes.

Propagande

Un scénario impensable il y a encore quelques jours. « Ce qui est fascinant, c’est que la propagande gouvernementale, jusqu’à très récemment, avait réussi à étouffer l’affaire. Il y a encore quelques jours, un sondage indiquait que 50% de la population n’en avait pas entendu parler », remarque ainsi Paul Gradvohl, professeur d’histoire à l’université Panthéon-Sorbonne, au micro de RFI.

« Ce fut rapide : d’abord Novak, puis Varga. Mais nous savons qu’aucune décision importante ne peut être prise en Hongrie sans l’approbation de Viktor Orban », a réagi sur Facebook l’eurodéputée Anna Donath, du petit parti libéral Momentum. « Il doit prendre ses responsabilités et s’expliquer sur ce qui s’est passé (…), c’est son système ». Pour tenter de calmer la colère, le dirigeant nationaliste avait annoncé jeudi vouloir réviser la Constitution afin d’exclure la possibilité de gracier les pédocriminels.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Burkina Faso : Evguéni Prigojine, le fondateur du groupe Wagner apporte son soutien au capitaine Ibrahim Traoré

LA REDACTION

Déclaration de Joe Biden sur la fin de Nord Stream : fuite en avant et menace non tenue

LA REDACTION

Drones tactiques : le groupe russe Kalachnikov prévoit d’augmenter la production en 2023

LA REDACTION

COMMENTER