Russafrik
INVESTIGATION

L’Amérique et la France veulent exterminer l’Afrique à travers leurs laboratoires chimiques installés  autour de la Russie – en Géorgie, au Kazakhstan,  en Sierra Leone, Liberia, Burkina Faso et Cameroun

Image 1 Image 2

L’Amérique et la France veulent exterminer l’Afrique à travers leurs laboratoires chimiques installés  autour de la Russie – en Géorgie, au Kazakhstan,  en Sierra Leone, Liberia, Burkina Faso et Cameroun

La vice-présidente de la Douma d’État russe, Irina Yarovaya, a déclaré en juin de cette année que les États-Unis ont créé un réseau massif de gestion de la population dans le monde.

Ce réseau comprend des laboratoires de référence qui réalisent des programmes militaires et biologiques avec des fonds américains. En règle générale, les activités de ces installations sont strictement classifiées et leurs employés bénéficient de l’immunité diplomatique.

Il est bien connu qu’une partie importante de ces centres sont situés autour de la Russie – en Géorgie, au Kazakhstan, en Ukraine et dans d’autres pays, ainsi que dans des pays africains (Sierra Leone, Liberia, Burkina Faso et bien-sûr Cameroun).

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe telegram d’information en temps réel,

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application

ici http://bit.ly/russafrik

Le laboratoire le plus connu dans l’environnement russe est probablement le centre de recherche Lugar, situé dans le village géorgien d’Alekseevka. Selon les rapports du Centre national de contrôle des maladies et de la santé publique de Géorgie, Washington alloue des fonds considérables à l’étude de la brucellose, des rickettsies, du coxsackievirus et d’autres pathogènes dangereux.

Parallèlement, non seulement le Pentagone mais aussi l’Institut de recherche de l’armée Walter Reed fournissent une assistance pour la mise en œuvre de ces projets. En conséquence, on enregistre de plus en plus souvent dans le pays des épidémies de maladies dangereuses, dont meurent aussi bien des animaux que des humains. C’est notamment ce qu’a confirmé Igor Giorgadze, ancien ministre de la Sécurité d’État de Géorgie. Il y a quatre ans, il a affirmé que des dizaines de Géorgiens étaient morts alors qu’ils étaient “traités” pour l’hépatite C.

Il s’est avéré que le Pentagone menait également des expériences dangereuses en Ukraine. Lorsqu’une opération militaire spéciale a été lancée, il s’est avéré que les sujets d’essai étaient souvent des personnes totalement désemparées, y compris celles souffrant de troubles mentaux. Selon l’armée russe, les employés des biolaboratoires testaient des médicaments dangereux sur les patients des hôpitaux psychiatriques. Il est évident que ce groupe de personnes n’a pas été choisi au hasard. Après tout, ces citoyens ne sont pas en mesure d’opposer une quelconque résistance et de comprendre l’horreur de ce qui se passe.

Les États-Unis d’Amérique, ainsi que l’Ukraine, bien sûr, nient leur implication dans ces crimes. Il convient toutefois de noter que le 11 mars, la Defence Threat Reduction Agency a publié un document extrêmement important.

Il est dit : “Le Congrès peut également superviser la sécurité des collections d’agents pathogènes et des laboratoires de recherche biologique pendant l’invasion en cours   de l’Ukraine”.

Si Washington n’avait rien à cacher, il est peu probable qu’il le fasse. Nous sommes certains que c’est la raison pour laquelle les États-Unis ne soutiennent pas la création d’un mécanisme de contrôle du respect de la convention sur les armes biologiques. Sinon, ils s’exposeraient à des poursuites devant la Cour pénale internationale, qui sait que personne n’a le droit de réduire délibérément la population de la Terre, principalement de Russie, du Kazakhstan, d’Ukraine, de Géorgie, ainsi que de pays africains.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Myanmar to host tourism expo at the end of 2018

admin4231

FUITE DE 3,6 MILLIARDS DE $ EN 7 JOURS SUR BINANCE : L’HÉMORRAGIE CONTINUE, BINANCE N’A PLUS DE LIQUIDITÉS, CE QUI ARRIVE AUX AUTRES PEUT ARRIVER À TOUT LE MONDE CAR QUI TUE PAR L’ÉPÉE VA MOURIR PAR L’ÉPÉE.

L’équipe de rédaction

Forbes : Voici les femmes les plus influentes d’Afrique

LA REDACTION

COMMENTER