Russafrik
A LA UNE RUSSIE-AFRIQUEECONOMIEPOLITIQUE

Marché : l’Afrique du Sud va acheter du pétrole russe pour lutter contre l’inflation énergétique 

Image 1 Image 2

Marché : l’Afrique du Sud va acheter du pétrole russe pour lutter contre l’inflation énergétique 

L’Afrique du Sud a déclaré qu’elle envisageait d’importer du pétrole de Russie pour aider à lutter contre la flambée de l’inflation énergétique.

“Nous devrons envisager d’importer du pétrole brut de Russie à bas prix car ce n’est pas sanctionné”, a déclaré le ministre sud-africain des ressources minérales et de l’énergie, Gwede Mantashe, lors d’un débat parlementaire, a rapporté Reuters mercredi.

Bien que les achats de produits énergétiques russes sapent les sanctions radicales contre le pays suite à la guerre en Ukraine, ils ne violent pas les sanctions américaines ou européennes . En effet, ces restrictions commerciales n’interdisent pas aux acheteurs en dehors des juridictions américaines et européennes d’acheter du pétrole russe dont le prix est désormais à des prix record par rapport à d’autres qualités, selon Reuters.

La secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm, a déclaré le mois dernier que les sanctions secondaires contre les pays achetant du pétrole russe n’étaient pas hors de propos, mais l’administration Biden fait attention à l’impact de ces restrictions sur le marché, a rapporté Reuters . Les prix du pétrole se négocient à des sommets de 13 ans et contribuent à l’inflation des prix à la consommation.

Comme de nombreux pays du monde, l’Afrique du Sud lutte contre une inflation galopante, les prix à la consommation ayant augmenté de 5,9 % en avril il y a plus d’un an, selon son département officiel des statistiques. Les prix du carburant “ont continué à faire mal en avril 2022” et étaient 29,2% plus élevés qu’il y a un an, selon Statistics South Africa.

Le prix du pétrole a bondi de plus de 60 % depuis le début de l’année, en partie à cause d’un déficit anticipé, d’abord de l’offre russe, mais aussi des contraintes de capacité de production chez les principaux exportateurs, alors que la demande explose.

L’Afrique du Sud importe environ 60% de ses besoins en carburant, selon Bloomberg. Elle importe son pétrole principalement des pays de l’OPEP, dont le Nigeria et l’Arabie saoudite.

La Russie a généralement été l’un des plus grands exportateurs de pétrole brut au monde et le troisième plus grand producteur, après les États-Unis et l’Arabie saoudite. Mais sa guerre contre l’Ukraine lui a coûté certains de ses clients les plus précieux, dont l’Union européenne, qui supprimera progressivement les importations de carburant russe cette année. En conséquence, son pétrole voyage plus loin pour atteindre de nouveaux acheteurs en Chine et en Inde, par exemple.

L’Afrique du Sud, qui a des liens historiques avec Moscou remontant à l’ère soviétique, s’est abstenue lors d’un vote des Nations Unies en mars condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le mois dernier, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré que les “pays spectateurs” avaient été durement touchés par les sanctions contre la Russie pendant la guerre, a rapporté Reuters.

Tout achat de pétrole russe renflouera les caisses de Moscou. Malgré des sanctions radicales, la Russie a engrangé des revenus énergétiques alors que les prix de l’énergie montent en flèche. En mai, les revenus du pays provenant des exportations de pétrole ont bondi de 11% par rapport à avril, ramenant les revenus aux niveaux d’avant-guerre, a annoncé mercredi l’Agence internationale de l’énergie.

Le ministère sud-africain des ressources minérales et de l’énergie n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires d’Insider envoyée en dehors des heures normales de bureau.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Le Parlement turc ratifie l’adhésion de la Suède à l’Otan

LA REDACTION

Accusée d’avoir diffusé de fausses informations sur l’armée russe, la journaliste Marina Ovsiannikova activement recherchée

LA REDACTION

Guerre en Ukraine : La diplomatie iranienne désigne les vrais responsables du conflit et fustige le comportement de l’Otan et de Washington

LA REDACTION

COMMENTER