Russafrik
AFRIQUE INFOS

Neuf pays africains retirent leur reconnaissance du Kosovo ; les détails

Image 1 Image 2

Neuf pays africains retirent leur reconnaissance du Kosovo ; les détails

Ce jeudi 5 janvier 2023, le Président serbe M.Vucic, a indiqué que neuf pays africains, dont la Somalie, le Burkina Faso, le Gabon, la Libye et la Guinée, sont revenus sur leur décision de reconnaître l’indépendance du Kosovo, région de la Serbie. Selon M.Vucic, cette même annonce est attendue de la part d’un dixième État du continent.

Au moins neuf pays africains ont retiré leur reconnaissance du Kosovo, a fait savoir le Président serbe.
Il s’agit ainsi de la Somalie, du Burkina Faso, du Gabon, de l’Eswatini, de la Libye, de la Guinée, d’Antigua-et-Barbuda, des Maldives et de Sainte-Lucie, a précisé Aleksandar Vucic.
L’indépendance du Kosovo a été proclamée unilatéralement en 2008 et reconnue entre autres par la majorité des pays de l’Occident. Cependant, elle est contestée par la Serbie et n’est pas reconnue par l’ensemble des Nations unies ni par l’Union européenne.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Après une campagne diplomatique serbe en octobre 2017, seize États sont revenus sur leur décision de reconnaissance du Kosovo. Y figurent le Burundi, le Liberia, Sao Tomé-et-Principe, la Guinée-Bissau, le Lesotho, les Comores, Madagascar, la République centrafricaine, le Togo et le Ghana.
En juillet 2022, 136 pays sur 193 membres des Nations unies soutenaient son indépendance.

Un Kosovo en bouillonnement

En 1999, les humeurs séparatistes du Kosovo, région serbe, se sont accentuées. À l’époque, la Serbie était une des républiques de la Yougoslavie, alors en cours de désintégration depuis le début des années 1990.
Washington a considéré que l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) luttait pour la liberté, et lui a accordé un soutien militaire.

Ce alors que pourtant les États-Unis la voyaient comme une organisation terroriste.
L’Otan a bombardé la Yougoslavie pendant 78 jours. Près de 2.500 civils, dont des enfants, ont été tués. Le pays a subi des dommages pour un montant de 100 milliards de dollars, selon des estimations du gouvernement yougoslave.

À la fin de l’agression, la sécurité du Kosovo-et-Métochie a été confiée à la force armée multinationale KFOR mise en œuvre par l’Otan.

La Yougoslavie a formellement cessé d’exister en 2008. Elle était à l’origine composée de six républiques: la Serbie, la Croatie, la Slovénie, la Macédoine, le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine.
Au Kosovo, zone de troubles réguliers, les tensions ont repris en 2022. En décembre, le Président serbe a ordonné de mettre l’armée en état d’alerte maximale. Une décision qui a conduit à l’apaisement de la situation.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Élections générales en Afrique du Sud : près de 27 millions d’électeurs appelés à se rendre aux urnes

LA REDACTION

Sommet Afrique-USA : la chine dame le pion à Washington

LA REDACTION

Niger : la France de nouveau accusée dans une grave affaire

LA REDACTION

COMMENTER