Russafrik
DERNIÈRES NOUVELLES

Rupture partielle d’un barrage en Russie : des milliers de personnes évacuées

Image 1 Image 2

Rupture partielle d’un barrage en Russie : des milliers de personnes évacuées

En Russie, près de 4 500 personnes ont été évacuées d’une zone inondée près de la frontière avec Kazakhstan. Vendredi un barrage dans la région d’Orenbourg, dans l’Oural, a cédé. La ville d’Orsk, qui compte plus de 200 000 habitants, a été inondée, ainsi qu’une partie du Kazakhstan.

Près de 4 500 personnes évacuées rien que dans la ville d’Orsk, plus de 6 000 maisons inondées et des quartiers entiers sous l’eau. Au total, « 4 402 personnes ont été évacuées », dont plus de 1 100 enfants, a annoncé sur Telegram le service de presse du gouverneur régional, Denis Pasler.

Le niveau « va continuer à monter »

À l’origine de ces inondations : l’effondrement partiel d’un barrage du grand fleuve Oural. Selon les autorités locales, ce barrage est conçu pour un niveau de l’eau qui ne doit pas dépasser les 5,50 mètres. Mais en raison de la fonte des neiges, le niveau de l’Oural a presque atteint le double. Un niveau qui « va continuer à monter », a prévenu le maire de la ville d’Orenbourg, Sergueï Salmine. Dans les prochaines heures, « le niveau pourrait atteindre un seuil critique », a-t-il ajouté, appelant « tout le monde à quitter immédiatement les maisons situées dans la zone inondable ».
Le Kazakhstan aussi touché par ces inondations

D’après le parquet régional, la mairie d’Orsk a reçu « un avertissement » le mois dernier quant à une « violation de la législation sur la protection de la population et des territoires contre les urgences naturelles et d’origine humaine ».

Les autorités ont ouvert une enquête pour déterminer s’il y a eu des négligences dans la construction du barrage.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Election présidentielle en Turquie, la défaite des Etats-Unis

LA REDACTION

Opération militaire russe : Voici ce que l’Ukraine a perdu en 24h

LA REDACTION

Officiel : L’Allemagne est entrée en récession

LA REDACTION

COMMENTER