Russafrik
POLITIQUE

Une monnaie des BRICS pourrait stimuler les échanges, selon un politologue

Image 1 Image 2

Une monnaie des BRICS pourrait stimuler les échanges, selon un politologue

Le lancement d’une monnaie qui pourrait remplacer le dollar serait crucial, car la dépendance à ce dernier entrave le développement des liens économiques, estime le politologue angolais Antonio Alberto Neto. Une devise qui serait surtout utile pour les pays dont les monnaies sont assez faibles.

À l’issue de ses négociations avec le Président angolais João Lourenço, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait savoir que la création d’une monnaie commune pour les pays du groupe des BRICS serait évoquée dans le cadre du sommet programmé pour août en Afrique du Sud.

Il a signalé que des pays sérieux et respectables constataient que les patrons du système monétaire et financier international étaient incapables de s’arranger et d’honorer les accords. Ces pays “souhaitent créer leurs propres mécanismes garantissant un développement stable et protégé contre le diktat étranger”.

Dans l’intérêt des pays à monnaies faibles

Le politologue angolais Antonio Alberto Neto a signalé à ce propos que la mesure pourrait accroître l’indépendance monétaire des pays en question.

“Pour nous et pour les autres pays des BRICS, il est très important de ne pas dépendre de la volonté de ceux qui émettent leur monnaie, c’est-à-dire le dollar.”

Le politologue rappelle que cette dépendance crée également des problèmes pour le commerce. Bien que le processus de création d’une monnaie qui puisse remplacer le dollar dans les échanges ne soit pas simple et rapide, cela serait, selon lui, vraiment utile.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Des paiements en monnaies nationales

“Ce serait surtout utile pour les pays dont la monnaie n’est pas très forte, car la dépendance vis-à-vis du dollar  crée de graves obstacles au développement des liens économique. Je parle, en l’occurrence, de pays qui ne font pas uniquement partie des BRICS”, a soutenu le politologue.

En attendant, il estime que d’autres monnaies commencent déjà à être utilisées au lieu du dollar, notamment le yuan. Il cite l’exemple de son pays qui recourt à la devise chinoise pour former ses réserves de change.

“Mais il y a un autre mécanisme employé de plus en plus souvent: les paiements en monnaies nationales. Ainsi, entre nous et l’Inde, on paie en roupies, en roubles. À mon avis, ce mécanisme sera de plus en plus attrayant”, a-t-il conclu.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

La liste des nouveaux États étrangers hostiles à la Russie 

Accord céréalier : Moscou met la pression sur l’Occident ; les détails

LA REDACTION

Voici  la principale raison de la confrontation entre la Russie et l’Occident, selon Sergueï Lavrov 

LA REDACTION

COMMENTER