Russafrik
POLITIQUE

Voici comment les ingénieurs russes et chinois tiennent en échec les sanctions occidentales

Image 1 Image 2

Voici comment les ingénieurs russes et chinois tiennent en échec les sanctions occidentales

Les ingénieurs russes s’adaptent. Sevrées de composants occidentaux à cause des sanctions, les industries de pointe russe continuent néanmoins leur production. Des alternatives se mettent en place, en lançant des chaînes d’approvisionnements russes ou en cherchant de nouveaux fournisseurs.

L’Institut central d’aérohydrodynamique (TsAGI) parvient ainsi à poursuivre ses recherches et s’apprête par exemple à tester le Sukhoi Superjet New, un long-courrier où 97% des composants étrangers ont été remplacés par des dérivés russes, comme l’explique à Sputnik Stanislav Doubinski, chef du département des ressources et de la fiabilité.

“Derrière moi se trouve le banc d’essai de vie de l’avion SSJ New. Il est presque assemblé, nous prévoyons de commencer à le tester début mai. Un certain nombre de technologies russes sont mises en œuvre dans cet avion: train d’atterrissage, attaches, verres, composites […] Concernant la substitution des importations, le principal problème est l’approvisionnement en équipements de haute technologie. À cause des sanctions, nous avons dû changer de fournisseur et finir certaines choses nous-mêmes”, déclare-t-il.

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe Télégram

Ici https://t.me/RussAfrikinfos

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour Android

Ici http://bit.ly/russafrik

Et cliquez ici pour télécharger notre application pour iOS

https://apps.apple.com/app/russafrik-infos/id1635239033

Appui chinois

Pour les aider dans leur tâche, les ingénieurs du TsAGI ont d’ailleurs reçu le soutien de certains collègues chinois. Un projet commun a par exemple permis d’élaborer des tests dans une soufflerie chinoise, qui permettront d’affiner les méthodes d’évaluation du bruit et de l’aérodynamique des appareils russes.
La Chine ne semble d’ailleurs rien à avoir à envier aux puissances occidentales en matière de recherche aéronautique, comme le confie à Sputnik Sergueï Chernychev, directeur de recherche TsAGI.

“L’histoire de la coopération avec les scientifiques chinois est vieille de 30 à 40 ans […]. Les collègues chinois offrent des bases absolument fantastiques pour l’application des calculs numériques – les ordinateurs les plus modernes dont nous pouvons rêver. Très souvent, il y a quelque chose à apprendre d’une telle interaction”, explique-t-il ainsi.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d’interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

• Vous abonner à notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• Vous abonner à notre newsletter hebdomadaire par courriel

• Activer les notifications sur notre

https://t.me/RussAfrikinfos

• N’oubliez surtout pas de partager au maximum nos articles et de vous abonner aussi sur notre page facebook car l’information, c’est le pouvoir.

Image 1 Image 2

EN RELATION

Centrafrique : Lancement et mise en vente du sango coin le 21 juillet au prix unitaire de 0,10 dollar par Faustin-Archange Touadéra

“Macron est bunkérisé”, Marine Le Pen détruit le président français

LA REDACTION

Emmanuel Macron giflé lors d’un déplacement dans la Drôme

LA REDACTION

COMMENTER